xtb

1er trimestre 2020 sur les marchés

Ce trimestre n’a pas été facile pour la plupart des investisseurs. S’il était déjà clair que nous étions aux derniers stades du cycle économique, personne n’aurait pu prédire au début de cette année qu’une grande partie de l’économie mondiale serait brusquement arrêtée par la pandémie de COVID-19.

Malheureusement, le débat est passé de la récession ou non cette année à la profondeur et à la durée de cette récession. Alors que les marchés ont évolué pour refléter cette nouvelle réalité, les actions ont fortement chuté, les pires rendements étant survenus en mars. Le S&P500 a chuté de 20% sur le trimestre et le FTSE All Share a baissé de 25%.

Au moins, la partie défensive des portefeuilles a fonctionné comme prévu avec une hausse des prix des obligations d’État, les banques centrales ayant baissé leurs taux d’intérêt et relancé l’assouplissement quantitatif. L’or a également généré des rendements positifs depuis le début de l’année, en hausse de près de 5%. Cependant, les inquiétudes concernant l’effet des fermetures sur les bénéfices des sociétés ont entraîné une baisse des prix des obligations de sociétés, ce qui aura nui aux rendements de certains portefeuilles de titres à revenu fixe. Comme il fallait s’y attendre, les obligations de sociétés plus risquées ont chuté plus que les entreprises notées « investment grade », les obligations énergétiques à haut rendement étant les plus touchées.

Les prix des matières premières, autres que l’or, ont fortement chuté au cours du trimestre. Alors que les pays du monde entier ont interrompu leurs activités pour tenter de maîtriser la propagation du virus, la demande de la plupart des produits de base a baissé, faisant baisser les prix. Le pétrole a été pris dans une tempête parfaite avec un accord entre l’OPEP et la Russie pour limiter la rupture de l’offre juste au moment où les perspectives de demande diminuaient. Cela a conduit le prix du pétrole à baisser de plus de 60%.

Il n’est pas nécessaire d’attendre la publication des données économiques traditionnelles pour apprécier l’ampleur du coup porté à l’économie, qui résulte des mesures de confinement actuellement en place dans une grande partie du monde. Quelques points de données sélectionnés montrent l’ampleur du choc. Par exemple, les ventes de voitures en Chine ont chuté d’environ 80% en février. Les réservations de restaurants ont baissé de près de 100% dans presque tous les pays. En une semaine en mars, plus de trois millions de personnes ont souscrit à des prestations de chômage, plus de quatre fois le record précédent depuis 1967. De toute évidence, il ne s’agit pas seulement d’une récession normale, mais d’un choc soudain pour l’économie qui est sans précédent parmi les économies développées dans l’après-guerre.

Un choc sans précédent nécessite une réponse politique sans précédent. Et c’est ce que nous avons vu. Le plus encourageant a été la réponse politique de pays comme le Royaume-Uni et l’Allemagne, où les gouvernements se sont engagés à payer une part importante des salaires des travailleurs pendant la fermeture pour permettre aux entreprises de ne pas licencier du personnel malgré le coup dramatique des ventes. C’est précisément le bon type de politique pour faire face à ce type de choc, pour donner à ces économies les meilleures chances de rebondir une fois que la situation sanitaire sera sous contrôle.

Les prêts garantis par l’État devraient également aider de nombreuses entreprises à éviter des faillites induites par ailleurs inévitables. Cependant, les prêts peuvent ne pas être suffisants pour les entreprises les plus durement touchées, dont certaines nécessiteront probablement des subventions ou des plans de sauvetage pour survivre à une perte substantielle de ventes, dont au moins une partie risque de perdurer.

Aux États-Unis, un plan de relance budgétaire très important a été convenu, représentant environ 10% du PIB, qui comprendra des subventions aux petites entreprises. Le paquet fournit également un soutien gouvernemental au crédit à fournir par la Réserve fédérale (la Fed) aux entreprises de qualité supérieure. Cela devrait garantir que les grandes entreprises ne feront pas faillite à court terme en raison d’un manque de liquidités. Cependant, encore une fois, certaines grandes entreprises peuvent avoir besoin de subventions ou de renflouement plutôt que de simples crédits pour survivre à ce choc à plus long terme.

En outre, alors que le paquet fiscal américain augmente considérablement les prestations de chômage pour les prochains mois, la politique semble moins efficace que la politique britannique ou allemande d’encourager les entreprises à conserver leur personnel. Dans l’ensemble, la politique budgétaire a déjà donné un coup de fouet important à l’échelle mondiale, mais de nouvelles mesures devraient encore être nécessaires pour faire face à l’ampleur de ce choc.

Les banquiers centraux ont réagi, réduisant les taux à leur limite inférieure et relançant et élargissant les programmes d’achat d’actifs. L’engagement de la Fed d’acheter autant d’obligations d’État que nécessaire est une étape importante qui devrait lui permettre de maintenir les coûts d’emprunt publics à un niveau bas, malgré les mesures de relance budgétaire massives nécessaires pour faire face aux conséquences économiques du virus. Le programme de crédit aux entreprises de la Fed devrait également apporter un soutien important aux obligations d’entreprises de première qualité.

Bien que la Banque centrale européenne et la Banque d’Angleterre n’aient pas été aussi explicites que leur puissance de feu est illimitée, il ne faut pas douter de leur engagement à maintenir les coûts d’emprunt publics à un niveau bas et à fournir des liquidités aux entreprises d’investissement. Bref, les banques centrales font tout ce que l’on peut raisonnablement attendre d’elles pour lutter contre cette crise.

L’ampleur et la durée de cette récession dépendront donc de la mesure dans laquelle les gouvernements combleront les lacunes de leurs réponses budgétaires actuelles, confortées par le soutien des banques centrales, afin de garantir que le chômage ne grimpe en flèche et que les faillites d’entreprises saines soient empêchées.

Compte tenu des incertitudes importantes entourant les perspectives, une allocation neutre aux actifs à risque, tels que les actions et le crédit, est logique. Avec le soutien de la banque centrale et du gouvernement, les grandes entreprises de première qualité notées semblent plus susceptibles de survivre à ce choc, tandis que certaines sociétés notées ne survivront probablement pas à cette crise. Cela suggère qu’une approche sélective et de qualité continue de faire sens tant au niveau du crédit que des actions jusqu’à ce que les perspectives soient plus claires.

Les rendements des obligations d’État devraient rester faibles, malgré d’importantes dépenses publiques, soutenues par les achats des banques centrales. Cependant, avec moins de marge de manœuvre pour que les prix des obligations d’État augmentent maintenant que les taux d’intérêt sont à des niveaux aussi bas, les investisseurs pourraient souhaiter envisager d’autres formes de diversification de portefeuille, telles que les macro-stratégies mondiales, qui ont bien résisté lors de la récente liquidation.