xtb

Guerre des prix sur le pétrole

Les prix du pétrole ont chuté à leurs plus bas niveaux depuis 2016 après que le géant pétrolier saoudien Aramco a déclaré qu’il prévoyait de baisser les prix, une mesure qui intensifie le conflit du royaume avec la Russie et menace de déclencher un torrent de brut sur des marchés de l’énergie bien approvisionnés.

La stratégie saoudienne fait partie d’une campagne agressive pour arracher une partie des parts de marché de Moscou, selon les délégués de l’Organisation des pays exportateurs de pétrole et des responsables saoudiens. Il intervient après qu’un partenariat de longue date entre certains des plus grands producteurs de pétrole du monde, dont l’Arabie saoudite et la Russie, a éclaté vendredi 6 mars 2020. Les parties ne sont pas parvenues à un accord sur des réductions de production pour soutenir le prix du pétrole face au ralentissement économique lié au coronavirus.

Le pétrole est tombé brusquement à de nouveaux creux pluriannuels lorsque les transactions à terme ont ouvert dimanche soir à New York, les contrats à terme sur le brut américain glissant de 20% pour atteindre un point bas d’environ quatre ans à 33,19 $ le baril. Le brut Brent, la jauge mondiale des prix, a chuté de 20% à 36,12 $ le baril dans la foulée de sa pire journée depuis la crise financière il y a plus d’une décennie. Les analystes ont averti que les mouvements qui ont eu lieu tard dimanche devraient changer en raison de la faiblesse des volumes d’échange et de la volatilité notoire des prix du brut. Mais s’ils tenaient, ils marqueraient certaines des plus grandes fluctuations d’une journée de tous les temps.

La baisse est intervenue après qu’Aramco a déclaré dans un avis aux acheteurs envoyé samedi qu’il réduisait la plupart de ses prix. Il a réduit son brut moyen de 7$ le baril aux États-Unis, de 8$ en Europe du Nord et de 6$ en Extrême-Orient pour les livraisons de pétrole le mois prochain.

Les baisses de prix visent directement la part de marché de la Russie, ont déclaré des responsables saoudiens, mais ne couvrent pas l’intégralité de la stratégie du royaume, car elle devrait également augmenter sa production de brut à 10 millions de barils par jour, contre environ 9,7 millions barils par jour en janvier. Les responsables ont déclaré que l’Arabie saoudite augmenterait sa production le mois prochain à plus de 10 millions de barils par jour et pourrait augmenter sa capacité maximale de 12 millions de barils par jour si nécessaire.

Les craintes d’une guerre imminente des prix du pétrole ont fait chuter de 9% l’action de la Saudi Arabian Oil Co., comme la société est officiellement connue, à Riyad, tombant en dessous de 30 rials. Cela porte le titre au-dessous du niveau de 32 rials par action auquel la société était cotée il y a moins de trois mois.

L’Arabie saoudite a inondé le marché en 2014 et affaibli les prix, dans l’espoir de saper les producteurs américains. Une augmentation de la production serait désormais différente, car elle interviendrait à un moment où il y a peu de demande prévisible de pétrole saoudien supplémentaire.

L’Arabie saoudite avait signalé la semaine dernière qu’elle réduisait ses exportations de 500,000 barils par jour en raison d’un manque de demande pour son pétrole en Chine. La centrale électrique asiatique a réduit sa consommation car les raffineries ont été contraintes de fermer et les déplacements ont été limités pour arrêter la contamination par le coronavirus. Les analystes s’attendent à ce que la propagation du virus dans le reste de l’Asie ainsi qu’en Europe occidentale et aux États-Unis entrave davantage l’appétit pour le brut.

Et ce qui rend cette guerre des prix particulièrement dangereuse et historique, c’est qu’elle éclate simultanément avec un choc massif de la demande à cause du coronavirus.

La chute des actions d’Aramco marque un coup dur pour le royaume, qui a vendu en décembre 1,5% de la société dans le cadre du premier appel public aux investisseurs mondiaux. Il a été présenté comme un test de la position mondiale du prince héritier Mohammed bin Salman et une nouvelle source de financement pour ses réformes économiques.

Le titre a plongé avec les prix du pétrole et plus récemment, des bouleversements politiques à l’intérieur du royaume. Au cours du week-end, le prince Mohammed a lancé une vaste campagne de répression en rassemblant des rivaux royaux, des responsables gouvernementaux et des officiers militaires.

UN DIALOGUE TENDU ENTRE ARBAIE SAOUDITE ET RUSSIE

Le prince héritier avait fait pression de façon agressive sur le président russe Vladimir Poutine pour rejoindre l’OPEP dans une série de réductions de production ces dernières semaines, craignant l’impact du coronavirus sur la demande de pétrole - et sur ses plans de réforme de l’économie après l’introduction en bourse d’Aramco.

Les frictions entre l’Arabie saoudite et la Russie ont commencé début février, lorsque le prince Mohammed a demandé à son père, le roi Salman, de téléphoner à M. Poutine et de demander la coopération de la Russie sur de nouvelles restrictions de production. Lorsque le roi a appelé, M. Poutine ne s’est pas initialement rendu disponible pour lui parler. Lorsqu’il a parlé au roi, M. Poutine a refusé de s’engager, selon des responsables saoudiens.

M. Poutine ne semblait pas aussi préoccupé par les effets à plus long terme du coronavirus sur le marché pétrolier, ont déclaré ces responsables. L’économie russe est un peu plus diversifiée que celle de l’Arabie saoudite. De plus, les compagnies pétrolières russes ont fait pression sur le Kremlin pour augmenter la production de brut.

Les plus grands producteurs mondiaux de pétrole se sont rencontrés à Vienne, où les analystes espéraient qu’ils parviendraient à un accord pour réduire l’offre mondiale alors que les inquiétudes concernant le coronavirus pèsent sur la croissance mondiale. Au moment où le rassemblement a commencé, les supplications des Saoudiens avaient aliéné M. Poutine et son ministre de l’Énergie, Alexander Novak, selon des personnes proches du dossier.

M. Novak a travaillé en étroite collaboration avec ses homologues saoudiens dans le passé, mais n’a paraît-il pas été consulté par eux avant de contacter M. Poutine

La bourse de Tadawul en Arabie saoudite a été fermée vendredi. Mais les actions d’autres géants pétroliers ont chuté aux côtés des prix du brut avec Exxon Mobil Corp. et Royal Dutch Shell PLC tous deux en baisse de plus de 4%.

Par ailleurs, les compagnies aériennes réduisent leurs vols, les voyages diminuent, le trafic global diminue, les usines ferment, de sorte que la demande d’énergie diminue et va encore vraisemblablement baisser.

1 J'aime