xtb

L’Allemagne écrase ses compères européens

Évolution des indices européens sur 2020 :

Les actions allemandes ont dépassé leurs rivaux européens depuis que la liquidation du marché due aux coronavirus a atteint son point bas en mars, reflétant les avantages de bilans solides et d’exportations vers la Chine.

Le DAX allemand est en baisse par rapport au S&P 500, mais se comporte bien mieux que ses pairs européens. Le CAC 40 français et le FTSE MIB italien sont en baisse de 16% tandis que le FTSE 100 britannique affiche -20% et l’Ibex 35 espagnol -27% cette année.

Les investisseurs ont déclaré que les actions allemandes s’appuyaient sur la reprise économique de la Chine. Les exportations représentaient environ 47% du produit intérieur brut de l’Allemagne en 2019, selon les données de la Banque mondiale, au-dessus de la moyenne de 33% pour les pays à revenu élevé, et la Chine est le troisième marché d’exportation de l’Allemagne.

La Chine a été la première à souffrir des perturbations liées aux coronavirus, mais c’est aussi celle qui a fait le mieux face aux perturbations. Certains secteurs du DAX sont massivement exposés à cette tendance.

Des entreprises comme les constructeurs automobiles allemands ont bénéficié de bilans solides et d’une réputation de gestion robuste. Les bénéficiaires comprennent BMW AG, en hausse de 61% depuis que la Réserve fédérale a stimulé le rebond du marché mondial le 23 mars en annonçant une série de programmes de prêt, et Daimler AG, en hausse de 101%.

Dans l’ensemble, les entreprises allemandes sont moins endettées que beaucoup d’autres. Les entreprises non financières allemandes avaient une dette, des prêts et des titres de créance représentant 58% du PIB en 2018, selon les données du Fonds monétaire international, contre 75% aux États-Unis, 141% en France et 84% au Royaume-Uni.

Les analystes ont également déclaré que les constructeurs automobiles dans leur ensemble bénéficieraient d’une plus grande réticence à prendre les transports en commun jusqu’à ce qu’un vaccin contre le coronavirus soit largement disponible.

Les actions des constructeurs automobiles allemands se sont redressées plus que certains concurrents européens.

La solidité des finances publiques et des entreprises allemandes a donné le sentiment qu’elle est bien placée pour résister aux crises, ont déclaré les investisseurs. Cela a été mis en évidence par sa réponse à la pandémie par rapport à d’autres pays. L’Allemagne est considérée en Europe, et par les investisseurs étrangers au Royaume-Uni et aux États-Unis, comme une sorte d’ancrage stable par rapport à d’autres pays.

La reprise économique de l’Allemagne se poursuivra même si elle sera parfois un peu hésitante. De nouvelles corrections constituent un risque sur les marchés boursiers alimentés par une politique monétaire expansive.

Un autre coup de pouce pour le DAX : il comprend peu d’actions dans des sociétés énergétiques ou des banques, qui se classent parmi les moins performantes cette année dans le monde. Le DAX n’inclut pas les principales valeurs énergétiques, tandis que les sociétés pétrolières et gazières représentent 9% du FTSE 100 du Royaume-Uni et 10% du FTSE MIB italien.

Alors que le DAX a tracé une forte reprise après la vente massive de mars, la plus grande question qui se pose aux investisseurs est de savoir si les actions européennes, qui sont plus axées sur la valeur que sur la croissance, s’avéreront gagnantes si le rallye des actions technologiques américaines s’essouffle. Cela est devenu une préoccupation plus urgente depuis la déroute technologique la semaine dernière : le Nasdaq a enregistré sa plus forte baisse hebdomadaire depuis la semaine terminée le 20 mars.