xtb

L’inconnu demeure pour le pétrole

Prédire la demande de pétrole a rarement été plus difficile, bouleversant les prix et brouillant les perspectives des traders, des investisseurs et des producteurs d’énergie.

Les analystes de l’énergie essayent de s’y retrouver avec le coronavirus et les efforts pour arrêter la pandémie, y compris les limitations des vols, des croisières et de l’utilisation des transports en commun. Ils sont également aux prises avec les effets sur la demande de carburant d’un ralentissement économique, d’une hausse du chômage et de l’évolution des modèles de travail, d’études et de voyages.

Tout cela a introduit un degré inhabituel d’incertitude dans les estimations de la quantité de pétrole que le monde consommera pour le reste de 2020 et au-delà. Le manque de visibilité a contribué à de nouvelles turbulences sur le marché après la hausse des prix au cours de l’été, soutenue par le déconfinement.

Cette année, le Brent, référence internationale, est passé d’un sommet de clôture proche de 69$ au début de janvier à un creux à moins de 20$ en avril. Seulement deux fois depuis 1990 la fourchette de prix a été aussi large. La dernière fois que le marché a connu une telle volatilité, c’était lors du krach de 2014.

Le marché pétrolier, en termes de capacité à prédire ce qui va se passer ensuite, se trouve dans une situation tout à fait unique. Cela ne s’est jamais produit dans l’histoire, où les gens ne pouvaient pas prédire avec une telle ampleur où la demande pourrait être dans trois à quatre mois à venir.

La demande mondiale de pétrole a rebondi de son plus bas en avril, lorsque les États-Unis et d’autres régions se sont bloqués pour contrer le coronavirus. Pourtant, la demande reste nettement en dessous du niveau record de 2019.

Les données ont permis aux analystes de suivre la demande de pétrole en temps réel pendant la crise de cette année. Les données incluent les demandes d’itinéraire sur l’application Google Maps, les estimations de la congestion du trafic et les jauges quotidiennes de l’activité des vols.

L’avenir proche est cependant devenu plus difficile à prévoir. Les prévisions de l’Agence internationale de l’énergie (AIE) et de l’Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP) ont beaucoup varié cette année. Leurs prévisions mensuelles de demande au cours du prochain trimestre ont différé de 1,3 million de barils par jour en moyenne. C’est le double de l’écart moyen en 2019.

L’AIE prévoit la demande en estimant les niveaux actuels de consommation et en extrapolant dans le futur en fonction de la vitesse projetée de la croissance économique. Avant la pandémie, le modèle supposait que la demande de carburant continuerait de croître, tandis que les ventes d’essence pourraient subir des pressions liées à l’amélioration de l’efficacité automobile.

La pandémie de covid-19 a brisé toutes ces modèles. C’est une situation sans précédent, il est donc très difficile de prévoir ce qui pourrait se passer dans les mois et années à venir.

L’AIE a ajusté son modèle de prévision, introduisant des données de Google et TomTom pour capturer les changements dans les transports. L’incertitude a incité les entreprises à réduire leurs investissements dans des projets pétroliers et gaziers, ouvrant potentiellement la voie à des prix plus élevés en aval.

Il y a tellement d’incertitudes autour de la pandémie elle-même : même avec des confinement supplémentaires, les pics du nombre de virus augmentent et les gens deviennent effrayés et limitent à nouveau leurs mouvements.

Le rôle démesuré de la Chine sur le marché pétrolier est un autre facteur qui assombrit les perspectives. Les importations de la deuxième économie mondiale ont ralenti après une vague d’achats alimentée par la chute des prix ce printemps.

Les pétroliers au départ de la Chine et du Myanmar ont transporté 7,7 millions de barils de brut par jour ce mois-ci contre le sommet historique de 14,1 millions de barils par jour en mai.

Le ralentissement des achats chinois est l’une des raisons pour lesquelles les analystes surestiment la demande pour la dernière période de 2020. Les prix du brut augmentent à mesure que le pétrole doit être livré, signe que le marché est saturé puisque cela encourage les traders à stocker le pétrole.

Les données montrent que pour le moment une bonne quantité de pétrole brut est stockée, que ce soit sur des navires ou sur terre.

Au-delà de 2020, la consommation de pétrole est encore plus difficile à évaluer en raison de la transition vers des combustibles non-fossiles et du ralentissement économique déclenché par la pandémie. Les récessions passées suggèrent que des niveaux élevés de chômage entraveront les ventes de pétrole pendant plusieurs années en réduisant le nombre de kilomètres parcourus.

Il a fallu par exemple sept ans pour que la demande d’essence aux États-Unis se redresse après la crise financière de 2008-09…