xtb

Le maïs en mode pop corn

Prix historique du maïs :

Les prix du maïs américain ont atteint un plus haut, vu la dernière fois fin 2012. Ils ont augmenté d’environ 50% en 2021 et un boisseau coûte plus du double de ce qu’il faisait il y a un an.

Le maïs a été l’une des plus fortes hausses de la large reprise des matières premières qui a incité les entreprises à augmenter les prix des marchandises et alimenté l’inquiétude des investisseurs quant au fait que l’inflation pourrait entraver la reprise économique post-pandémique.

Les prix du bois ont quant à eux grimpé à plus de quatre fois ce qui est normal, faisant grimper les prix des maisons et anéantissant les budgets de rénovation. Le cuivre, un rouage industriel présent dans toute la maison et dans l’électronique, a atteint des prix records ces derniers jours. Le pétrole brut n’a pas coûté autant depuis 2018 et le soja se négocie à son plus haut niveau depuis 2012.

Avec le maïs grimpant vers un record, les Américains peuvent s’attendre à payer plus pour toutes sortes d’articles à l’épicerie ainsi qu’à la pompe à essence. Le maïs est un ingrédient clé dans la fabrication de produits allant des chips tortilla et ailes de poulet au bourbon et au Coca-Cola. D’autre part, environ 40% de la récolte américaine est mélangée à du carburant.

Les analystes disent que les prix élevés du maïs emmènent dans leur sillage les fabricants d’engrais et d’équipement agricole tout en aidant les produits de consommation et les entreprises alimentaires à justifier leurs propres augmentations de prix. Les agriculteurs américains, qui ensemencent les champs pour une grosse récolte d’automne, en bénéficient également.

Les boisseaux à livrer ce mois-ci ont clôturé lundi à 7,48 $, en baisse de 3,2% par rapport à vendredi lorsque les contrats à terme ont atteint leur plus haut niveau depuis 2012. À l’époque, la sécheresse a flétri la récolte du Midwest et poussé les prix à un record de 8,31 $.

Des contrats à terme plus activement négociés pour la livraison en décembre, une jauge de prix pour la récolte plantée entre l’ouest de l’Ohio et le Dakota du Nord, se sont établis lundi à 6,09 $ le boisseau.

Les agriculteurs peuvent dire merci à quelques facteurs pour ces prix élevés.

La Chine est sur une frénésie d’achat de maïs alors qu’elle se précipite pour engraisser des millions de porcs pour remplacer ceux qu’elle a dû tuer lors d’une épidémie de peste porcine africaine avant la pandémie. La Chine devrait importer cette année environ quatre fois ce qu’elle achète normalement à l’étranger, la plupart à des agriculteurs américains.

Par ailleurs, les régions productrices de maïs d’Amérique du Sud sont desséchées. Le Brésil s’attend à une maigre récolte, qui réduira ses exportations. En Argentine, le fleuve Paraná est trop peu profond pour que des bateaux entièrement chargés passent de l’intérieur du pays aux voies maritimes de l’Atlantique.

Aux États-Unis, la réouverture de l’économie signifie plus de trafic routier et une plus grande demande pour le maïs qui devient de l’éthanol et est mélangé à l’essence.

À Wall Street, de nouvelles règles de négociation permettent aux spéculateurs de parier plus que jamais sur les matières premières agricoles, tandis que l’opérateur de marché CME Group a élargi ce mois-ci de 60% le seuil des fluctuations quotidiennes des prix des contrats à terme sur le maïs.

Les investisseurs ont injecté de l’argent dans les matières premières, une mesure populaire visant à compenser le risque d’inflation ailleurs dans leurs portefeuilles. L’open interest pour les contrats à terme sur matières premières agricoles, une mesure de l’activité de trading, a augmenté le mois dernier pour atteindre un record de 315 milliards de dollars, selon les analystes de JPMorgan.

La météo joue aussi un rôle important. Si elle n’est pas parfait, il y aura des pénuries massives.

Les paris que les prix du maïs augmenteront - par les hedge funds et autres spéculateurs - sont plus nombreux que les paris sur une baisse de 17 contre 1, selon les données de la Commodity Futures Trading Commission.

Les prix du maïs à court terme qui sont beaucoup plus élevés que ceux plus tard dans l’année sont inhabituels et indiquent un marché dont l’offre manque.

Le marché dit essentiellement aux agriculteurs, aux éleveurs et à toute autre personne qui stocke du grain de le vendre. Vendez maintenant !

Les agriculteurs américains stockent beaucoup de maïs dans l’espoir de prix encore plus élevés.

Il n’y a pas eu de grand rallye du maïs depuis des années, et lorsque les prix ont augmenté, c’est généralement à cause de mauvaises récoltes.

Certains agriculteurs espèrent compenser les pertes subies lorsqu’ils ont vendu à bas prix lors de la panique du marché de l’année dernière. D’autres sont pleins de subventions versées aux producteurs pendant la guerre commerciale avec la Chine et peuvent se permettre de jouer…

Enfin, habituellement, il y a un rallye sur la météo en juillet, ce qui accentue la pénurie actuelle : les vendeurs attendent encore l’été pour vendre.