xtb

Le S&P500 bat des records

Avec seulement 126 jours de trading entre les deux pics, l’indice S&P500 effectue sa remontée la plus rapide jamais vue d’un marché baissier.

Le S&P500 a clôturé à son plus haut niveau jamais enregistré mardi 18 août 2020, finalisant pour l’instant un rebond remarquable alimenté par une relance gouvernementale sans précédent et l’optimisme des investisseurs quant à la capacité du monde à gérer la pandémie de coronavirus.

L’indice boursier américain de référence a dépassé son précédent record de 3386,15 du 19 février et a effacé une chute historique en février et mars qui avait mis fin au plus long marché haussier de l’histoire. Le S&P500 est désormais en hausse de 4,9% cette année.

L’ensemble du cycle, d’un sommet à l’autre, n’a duré que 126 jours de négociation et marque la reprise la plus rapide de l’indice après un marché baissier. Le record a également mis fin à l’anticipation au cours de la semaine dernière pour les analystes et les investisseurs qui avaient regardé avec excitation le S&P500 franchir le cap à plusieurs reprises dans le trading intrajournalier avant de se retirer pour la fermeture.

Les actions dans leur globalité, des grandes entreprises technologiques aux valeurs énergétiques, ont fortement rebondi depuis leurs creux. Quant à Amazon, l’action a étendu ses gains pour l’année à près de 80%.

Le redressement du marché boursier reflète les paris des investisseurs sur une reprise l’année prochaine des bénéfices des entreprises et de l’activité économique. Mais beaucoup ont du mal à concilier les gains avec la crise sanitaire persistante qui a tué plus de 170,000 personnes aux États-Unis seulement, a propulsé le chômage au plus haut niveau depuis la Grande Dépression et a cassé la plus longue expansion économique de l’histoire.

Il y a actuellement un sentiment d’euphorie sur le marché, comme si peut gagner de l’argent quoi qu’il arrive. Mais les investisseurs sont également déconcertés par la déconnexion avec l’économie et ce qu’ils voient dans les entreprises, leur vie et ce que font les cours des actions.

Établir une nouvelle étape record en 2020 a jadis semblé improbable à de nombreux investisseurs. Le S&P500 a chuté de 34% de son sommet de février à son plus bas de mars, la pandémie ayant pratiquement paralysé les économies du monde entier. Le rebond qui a suivi a été presque aussi rapide.

Les investisseurs de tous bords ont envahi le marché boursier depuis que le gouvernement est intervenu pour soutenir l’économie. Les gérants de fonds institutionnels qui jurent de ne jamais parier contre la Réserve fédérale ont continué à acheter des actions après que la banque centrale a réduit les taux d’intérêt à près de zéro et s’est démenée pour stabiliser les marchés du crédit. Et les applications de trading ont attiré les day-traders sur le marché au rythme le plus rapide depuis l’apogée de l’ère d’internet.

L’intervention de la Fed, dans le processus, a poussé les rendements obligataires à leurs plus bas niveaux jamais atteints. Restés avec peu d’autres options intéressantes pour les rendements dans cet environnement, de nombreux investisseurs disent qu’ils n’ont guère d’autre choix que de continuer à parier sur les actions ou de risquer de rater le rebond. Le problème a été si commun ces dernières années qu’il a son propre acronyme : TINA pour « There Is No Alternative to Stocks », comprendre « « Il n’y a pas d’alternative aux actions » .

Cette dynamique a contribué à faire grimper le S&P500 de 52% par rapport à son point bas de mars, grâce à des gains importants parmi les plus grandes entreprises du marché. Les géants de la technologie qui représentent une part disproportionnée de l’indice ont bénéficié des mesures de confinement qui ont accéléré l’adoption des services en ligne, de communication et d’achat en ligne.

Apple a augmenté de 57% jusqu’à présent cette année et s’approche d’une capitalisation de 2000 milliards de dollars, tandis que Microsoft a bondi de plus d’un tiers. Avec Amazon, la société mère de Google, Alphabet et Facebook, les sociétés représentent environ 25% du S&P 500. Cela leur donne une influence considérable sur l’orientation du marché.

Ces actions sont encore plus influentes dans l’indice composite Nasdaq, qui a établi 34 records cette année, y compris celui de mardi, tout en grimpant de 25%. Le Dow Jones Industrial Average, d’autre part, n’a pas encore récupéré ses pertes causées par la pandémie. L’indice est en baisse de 6% par rapport à son sommet de février et de 2,7% en 2020.

Le S&P 500 représente désormais une part moins importante de l’économie dans son ensemble que par le passé. Les actions des compagnies aériennes, des croisières et de l’énergie, dont beaucoup sont encore en baisse de plus de 50% cette année, exercent une influence moindre sur l’indice qu’autrefois. De plus, le marché boursier ne reflète pas les grandes parties du monde des affaires, telles que les nombreuses petites entreprises qui ferment leurs magasins.

Les taureaux du marché boursier ont choisi de regarder au-delà d’une sombre réalité économique, accroissant leurs paris à la perspective d’une époque plus rose. L’économie a subi sa plus forte contraction jamais enregistrée au deuxième trimestre et les bénéfices des entreprises ont chuté. Le taux de chômage a oscillé juste au-dessus de 10% le mois dernier, les dépenses ont chuté et l’activité manufacturière s’est contractée.

Certains de ces indicateurs ont commencé à s’améliorer, étayant l’argument selon lequel la reprise de l’économie sera en forme de V. Les salaires, d’une part, devraient se contracter à des niveaux plus modestes pour le reste de l’année avant de commencer à grimper au premier trimestre de 2021. Les niveaux de chômage et les chiffres des ventes ont tous rebondi sur leurs plus bas en juin et juillet.

Pourtant, le retour du S&P500 à son sommet a laissé le marché boursier dangereusement exposé à un autre battement de tambour, selon certains analystes.

L’indice se négocie actuellement à 22,6 fois les bénéfices projetés au cours des 12 prochains mois. La dernière fois que les actions se sont échangées à ce niveau, c’était en 2000, avant l’éclatement de la bulle Internet. La plupart des grandes actions technologiques sont particulièrement chères, se négociant à 26 fois les bénéfices.

Les valorisations sont extrêmement élevées. Il n’est pas réaliste de s’attendre à ce que cette économie soit au niveau où elle était en février.

Les États pourraient réimposer les confinements s’ils ne veulent pas que le nombre de cas de coronavirus à l’intérieur de leurs frontières augmente, ce qui pourrait faire remonter le nombre de personnes sans emploi et prolonger la durée de la récession actuelle. Les négociations sur une aide gouvernementale supplémentaire pourraient également échouer, laissant les actions exposées à un recul à court terme et les investisseurs devinant les ramifications potentielles sur les dépenses de consommation, qui représentent la majeure partie de l’activité économique des États-Unis.

Il y a aussi l’incertitude entourant les élections présidentielles et législatives de novembre, qui ont le potentiel de remodeler les efforts de secours économique. Un balayage démocrate de la Maison Blanche et du Congrès apparaît comme un risque particulièrement important, selon certains analystes. Un changement à la tête de la Maison Blanche pourrait conduire à l’annulation des réductions d’impôt adoptées par le Congrès en 2017, ce qui étoufferait la croissance des bénéfices.

En raison de ces obstacles, certains investisseurs affirment qu’ils craignent pour leur portefeuille. Les actions aux niveaux actuels restent vulnérables. Cela pourrait permettre aux investisseurs à court terme et nerveux, ainsi qu’aux traders, de prendre des bénéfices.