xtb

Les marchés an avril 2021

En avril, les attentes d’une croissance économique spectaculaire sont passées des prévisions aux faits, la réouverture des économies ayant soulevé les données économiques des marchés développés. Les marchés ont passé une grande partie du premier trimestre de l’année à se positionner pour de tels développements et, à ce titre, ont atténué le fait-même, les rendements des bons du Trésor à 10 ans reculant de leur sommet de mars de 1,75% à 1,53%, avant de terminer le mois à 1,63%.

Les marchés boursiers ont connu un autre bon mois, les actions des marchés développés affichant un rendement de 4,7%. Sous les indices phares, la rotation de la croissance à la valeur a pris une pause en avril, les actions de croissance affichant un rendement de 6,3% et les actions de valeur de 3,2%. Sur le plan régional, le S&P500 a ouvert la voie, avec un rendement de 5,3% sur le mois, tandis que les marchés plus cycliques tels que le MSCI Europe hors Royaume-Uni et le TOPIX au Japon ont été à la traîne, affichant respectivement 2,1% et -2,8%.

Les déploiements du vaccin Covid-19 aux États-Unis et au Royaume-Uni ont continué de bien se dérouler, 44% et 51% de leurs populations respectives ayant maintenant reçu au moins une dose, ce qui a permis au début d’une réouverture soutenue de leurs économies. En Europe continentale, après un démarrage difficile de la campagne de vaccination, il est encourageant de voir que le rythme de la vaccination s’est considérablement accéléré. Les perspectives d’approvisionnement en vaccins se sont améliorées et, à la fin du mois d’avril, le taux quotidien de vaccination dans les principaux États membres de la zone euro atteignait entre 0,6% et 0,8% de la population totale.

Les objectifs de réduction des émissions sont revenus sur le devant de la scène en avril avec une vague de nouveaux engagements. Le Royaume-Uni a annoncé qu’il ciblerait une réduction des émissions de 78% d’ici 2035, par rapport aux niveaux de 1990, tandis que le président Biden a annoncé que les États-Unis viseraient une réduction de 50% d’ici 2030, par rapport aux niveaux de 2005. Le Premier ministre chinois, Xi Jinping, a également déclaré que la consommation de charbon de la Chine atteindrait un sommet en 2025. Nous pensons que ces événements récents servent à souligner que la politique climatique est un domaine dans lequel les rivaux économiques peuvent trouver un terrain d’entente.

ETATS-UNIS

Les 100 premiers jours du président Biden sont maintenant passés et le principal point à retenir pour les investisseurs est que ce président n’a pas peur de dépenser gros. À la suite de l’adoption du plan de sauvetage américain - un plan de relance de 1,900 milliards USD adopté en mars - le président a présenté ses plans pour deux autres poches de dépenses. Le plan américain pour l’emploi de 2300 milliards de dollars est conçu pour investir dans les infrastructures du pays, tandis que le plan pour les familles américaines de 1800 milliards de dollars visera à assurer une reprise plus équitable, de nombreux crédits d’impôt clés du projet de loi Rescue étant prolongés ou rendus permanents.

Les plans présentent des propositions visant à augmenter les taux d’imposition des sociétés, du revenu marginal le plus élevé et des gains en capital afin de payer les dépenses. Bien que l’adoption du plan de sauvetage par le Congrès ait été assez simple, ces autres plans sont susceptibles d’être plus controversés. Il est probable que des compromis devront être faits sur les propositions de dépenses et de fiscalité pour que les projets de loi soient adoptés.

Le déploiement du vaccin se déroulant bien et les cas de Covid-19 largement sous contrôle, le consommateur américain a commencé à rattraper le temps perdu à mesure que l’économie rouvre. Les consommateurs se sentent plus confiants, ayant économisé environ 8% du PIB en 2020 au-dessus de ce que les ménages épargnaient normalement, combinés aux chèques de relance de 1400 USD de l’administration Biden. La mesure de confiance du Conference Board a fortement rebondi, passant de 109,0 à 121,7 en avril.

Cette configuration signifie que nous entrons dans une période où les données économiques seront exceptionnelles - l’économie américaine a progressé à un rythme annualisé de 6,4% au premier trimestre et le rythme de croissance devrait s’accélérer à partir d’ici. Les ventes au détail aux États-Unis ont augmenté de 9,8% en mars seulement, et se situent maintenant à 17% au-dessus du niveau pré-pandémique. Sans surprise, les services de restauration, les débits de boissons et les magasins de vêtements - deux catégories qui ont le plus souffert de la pandémie - ont enregistré certains des gains les plus importants.

Le rythme de la croissance de l’emploi s’accélère également - en mars, 916 000 emplois ont été ajoutés et le taux de chômage est tombé à 6,0%. Mais le président de la Réserve fédérale (Fed), Jerome Powell, a tenu à souligner lors de la réunion d’avril qu’il faudra encore « un certain temps » avant que la Fed ne voie « de nouveaux progrès substantiels » vers son objectif d’emploi maximal - l’un des critères clés pour que la Fed commence à réduire ses achats d’actifs.

La plus grande question pour les marchés au second semestre sera de savoir dans quelle mesure la hausse de l’inflation est « transitoire », comme la Fed l’a qualifiée de manière préventive. L’indice des prix à la consommation (IPC) américain a augmenté plus que prévu en mars, augmentant de 0,6% en glissement mensuel tandis que l’indice de référence augmentait de 0,3%.

EUROPE

Les pays européens ont lutté à des degrés divers pour maîtriser les récentes épidémies de Covid-19, mais les cas dans la région vont dans la bonne direction. L’accélération du taux de vaccination est la bienvenue et donne confiance dans le fait que la reprise économique peut véritablement commencer au deuxième trimestre, avec un pic de croissance attendu au troisième trimestre avec le relâchement des restrictions. Dans l’intervalle, la région devrait bénéficier de la demande accrue d’exportations vers les États-Unis, qui représentent 3% du PIB de la zone euro.

L’économie de la zone euro s’est contractée de 0,6% au premier trimestre, mais malgré les mesures en cours nécessaires pour contenir le virus, il y a des signes que l’économie a recommencé à croître en avril. Avec un retour à la normale en vue, les consommateurs se sentent plus optimistes et la mesure de confiance d’avril a augmenté plus que prévu. Les dépenses ont également fait preuve de résistance pendant l’hiver difficile, les ventes au détail de février étant inférieures de seulement 2,9% à celles d’il y a un an.

L’inflation reste plus modérée dans la zone euro. Les estimations pour avril ont montré que l’inflation globale a augmenté à 1,6% sur un an, mais la mesure de base reste modérée à 0,8%. La présidente de la Banque centrale européenne, Christine Lagarde, a en effet reconnu que la zone euro et les États-Unis sont sur des pages différentes en ce qui concerne les perspectives économiques et inflationnistes et, à ce titre, la BCE n’agirait pas en tandem avec la Fed - un signe fort que la diminution de ses achats d’obligations sera probablement plus lente.

ROYAUME-UNI

Comme aux États-Unis, les Britanniques commencent à sortir et à s’amuser - les ventes au détail hors carburant automobile ont augmenté de 4,9% en mars. Les enquêtes PMI dans le secteur manufacturier et dans les services ont dépassé 60% en avril, indiquant que l’économie est en croissance rapide. Il est également encourageant de voir que les cas de Covid-19 restent à un niveau bas, malgré l’assouplissement de certaines restrictions. Maintenant qu’environ 70% des adultes ont des anticorps contre le coronavirus, le Royaume-Uni devrait être sur la voie d’une réouverture durable.

MARCHES EMERGENTS

L’économie chinoise continue de se normaliser. Au premier trimestre de l’année, il a augmenté de 0,6% en rythme trimestriel avec une répartition plus équilibrée entre les secteurs, l’activité dans les services continuant de s’améliorer. Pour l’avenir, la consommation intérieure devrait être le principal moteur de la croissance, les autorités fiscales et les banques centrales devenant plus équilibrées dans leur soutien politique, ce qui pourrait entraîner une décélération du financement des collectivités locales et des investissements dans les infrastructures.

La crise sanitaire du Covid-19 en Inde s’est tragiquement aggravée en avril, soulignant la nécessité d’élargir d’urgence le déploiement de la vaccination au monde émergent. La pression sur l’infrastructure sanitaire s’est intensifiée et les taux de mortalité ont plus que doublé depuis la mi-février. Les ratios de positivité des tests restent à un niveau alarmant d’environ 20%, ce qui conduit les États à continuer d’imposer des restrictions. En conséquence, les niveaux de mobilité ont reculé et l’économie pourrait désormais se contracter au deuxième trimestre, repoussant le rebond économique jusqu’au deuxième semestre. Bien que les perspectives à court terme soient clairement difficiles, l’histoire de la croissance structurelle reste intacte.

CONCLUSION

Le monde développé semble bien sur la voie de la reprise et les mois à venir devraient voir des données économiques spectaculaires. Tous les regards seront tournés vers la mesure dans laquelle les pressions inflationnistes sont aussi transitoires que les banquiers centraux faiblissent, ou si la dynamique de croissance conduit à des hausses de prix plus persistantes. Les décideurs politiques ont travaillé sans relâche pour apporter un énorme soutien aux marchés financiers au cours de l’année dernière. Le défi pour les banques centrales est maintenant de convaincre les marchés qu’ils continueront à fournir un soutien, même lorsque l’économie mondiale est en plein essor.