xtb

Les marchés au 1er trimestre 2021

Le premier trimestre de l’année a été dominé par la hausse des rendements obligataires et un rebond des marchés boursiers axé sur la valeur. Les deux principaux moteurs de cette performance ont été la victoire des démocrates en Géorgie au début de l’année, ouvrant la voie à de nouvelles mesures de relance budgétaire massive aux États-Unis, et le succès du déploiement du vaccin aux États-Unis et au Royaume-Uni. Cela fait maintenant un peu plus d’un an que les marchés boursiers ont atteint leur plus bas niveau et le MSCI World a remonté de 79% depuis lors et est 18% au-dessus de ses sommets d’avant Covid et en hausse de 5% depuis le début de l’année (en glissement annuel). Le rendement du Trésor américain à 10 ans s’établit désormais à 1,75%, contre 0,5% au plus bas en août et 0,9% en début d’année.

La hausse des rendements obligataires a été étroitement corrélée à une surperformance significative des valeurs financières et de celles de valeur. Les actions de valeur sont en hausse de 9,8% sur un an contre 0,3% pour les actions de croissance. La hausse des prix des matières premières a également aidé à valoriser les actions, le pétrole ayant augmenté de 22% et le cuivre de 13% en glissement annuel. Le thème commun à tous ces mouvements est l’optimisme croissant quant aux perspectives de croissance mondiale.

Avec plus de 37% des adultes américains et 58% des adultes britanniques ayant désormais reçu au moins une dose de vaccin et le nombre de personnes hospitalisées bien inférieur à celui du début de l’année, la poursuite de la reprise de ces marchés boursiers a du sens, alors que les investisseurs envisagent une réouverture durable de leurs économies. Les actions à petite capitalisation, qui ont tendance à être davantage axées sur le marché intérieur, ont particulièrement bien performé, l’indice Russell 2000 en hausse de 12% et l’indice britannique FTSE Small Cap de 9% en glissement annuel.

Mais même les marchés sur lesquels le déploiement des vaccins a été très en retard par rapport au Royaume-Uni et aux États-Unis se sont bien comportés. Les actions de la zone euro sont en hausse de 8% et les actions japonaises de 9%, bien que ces régions n’aient vacciné que 11% et 1% environ de leur population, respectivement. Les deux ont été aidés par un fort rebond de la demande mondiale de biens, et les services financiers ont profité de courbes de rendement plus raides. Malgré de faibles taux de vaccination, le Japon a connu très peu de cas de Covid, mais l’Europe voit les cas augmenter, ce qui pourrait retarder la reprise nationale.

Les enquêtes auprès des entreprises se sont améliorées en mars, le secteur manufacturier se développant fortement en Europe, aux États-Unis et au Royaume-Uni. Le secteur des services aux États-Unis a continué de bien performer, mais l’amélioration la plus notable a été dans le secteur des services au Royaume-Uni, les entreprises notant une amélioration de la confiance des consommateurs et des signes de demande refoulée. Le secteur européen des services était clairement à la traîne.

Le mois de mars a également vu l’adoption du plan de relance exceptionnel du président Biden, d’une valeur de 9% du PIB américain. Cela a conduit à une amélioration des prévisions consensuelles de croissance aux États-Unis cette année, avec une croissance de 7% désormais attendue. Biden a également doublé son objectif de vaccination de 100 millions à 200 millions au cours de ses 100 premiers jours.

Certains investisseurs craignent que l’ampleur de la relance américaine, combinée à l’épargne refoulée, ne conduise à une reprise de l’inflation, conduisant potentiellement la Réserve fédérale à resserrer sa politique dans une mesure qui pourrait être préjudiciable aux marchés boursiers. Cependant, malgré la revalorisation de ses prévisions de croissance pour cette année et la prévision d’une baisse du chômage à 4,5% d’ici la fin de cette année et à 3,5% d’ici la fin de 2023, la Fed ne pense pas que l’inflation sera durablement supérieure à l’objectif et s’attend toujours à ne pas augmenter les taux avant 2024.

Les actions des marchés émergents ont connu quelques semaines difficiles après un bon début d’année, terminant le trimestre en hausse de 2%. Les actions chinoises ont été vendues à partir de la mi-février ; cependant, les inquiétudes concernant un resserrement modéré des politiques sont exagérées. Compte tenu des perspectives à long terme attrayantes pour l’Asie, il n’est pas fou de considérer le récent recul comme une opportunité pour les investisseurs à long terme, plutôt que comme un motif de préoccupation majeure.

L’augmentation des infections Covid dans certaines autres parties des marchés émergents, comme le Brésil et l’Inde, est potentiellement plus préoccupante. Cependant, l’Inde peut être moins perturbée par une autre vague d’infections étant donné sa population jeune, avec seulement 7% de personnes âgées de plus de 65 ans.

Dans l’ensemble, ce fut un mauvais trimestre pour les obligations d’État et un bon trimestre pour la plupart des marchés boursiers. Les actions qui ont le plus profité du virus Covid-19 ont sous-performé depuis novembre, les perdants ayant rattrapé leur retard. Les rendements du Trésor peuvent potentiellement encore augmenter d’ici la fin de l’année. Les marchés boursiers ayant augmenté de manière significative au cours de l’année dernière, les gains devraient être plus lents et avec quelques difficultés à performer beaucoup plus. Cependant, en supposant que les vaccins sont efficaces pour prévenir l’hospitalisation contre toutes les variantes du virus, la croissance devrait être mise en flèche dès que les restrictions pourront être levées. Dans ce contexte, l’optimisme est de mise sur les perspectives des actions par rapport aux obligations.