xtb

Les marchés au 4e trimestre 2020

Au quatrième trimestre, les marchés boursiers ont continué de se redresser pour le troisième trimestre consécutif et ont nettement surclassé les titres obligataires. Le résultat des élections américaines et les nouvelles positives concernant les vaccins Covid-19 ont aidé des segments plus cycliques du marché à se redresser.

Les actions de valeur ont progressé de 16% et ont connu leur meilleur trimestre depuis 2009. Plus spectaculaire encore, la performance des petites capitalisations, qui a dégagé un rendement de 24%, effaçant la sous-performance par rapport aux grandes capitalisations de l’année. Les actions de croissance ont progressé de près de 13%, sous-performant sur le trimestre, mais restent largement en avance sur l’année civile. La hausse des prix des matières premières a été tirée par une forte demande de métaux industriels en Asie. Les prix du pétrole ont également augmenté, aidés par les nouvelles sur les vaccins.

La pandémie quant à elle a empiré au cours du trimestre. Les nouveaux taux d’infection ont considérablement augmenté en Europe et aux États-Unis, dépassant les sommets précédents. Les limites de la capacité des unités de soins intensifs et les épidémies dans les EHPADs ont forcé les gouvernements à mettre en œuvre de nouvelles mesures de confinement strictes pour ralentir la propagation du virus. En Europe et au Royaume-Uni, les services subissent la pression des restrictions.

Aux États-Unis, la vicieuse vague d’automne du virus a commencé avec un décalage vers l’Europe et les restrictions étaient moins strictes. Par conséquent, les effets négatifs sur la croissance du PIB américain ne se feront probablement pas sentir avant le premier trimestre de 2021. Le secteur manufacturier continue de faire preuve d’une plus grande résistance à la pandémie que le secteur des services - une tendance que l’on peut observer à l’échelle mondiale. La reprise de la demande de biens et une moindre sensibilité à la distanciation sociale ont contribué à maintenir les indices des directeurs d’achat (PMI) manufacturiers en territoire expansionniste. Il s’agit d’une bonne nouvelle pour les marchés boursiers, car les biens et la fabrication contribuent encore de manière significative aux bénéfices au niveau de l’indice.

Les inquiétudes concernant l’augmentation du nombre de cas ont été éclipsées par les annonces de PfizerBioNTech, Moderna et AstraZeneca / Oxford en novembre, selon lesquelles leurs vaccins étaient efficaces pour réduire les cas symptomatiques de Covid-19. La fin de la crise du Covid-19 semble maintenant être en vue, mais la voie de la reprise pourrait encore être cahoteuse au cours des prochains trimestres.

Après approbation par les autorités, la rapidité avec laquelle ces vaccins peuvent être fabriqués, distribués et administrés à grande échelle sera cruciale. Il convient de noter les défis logistiques des vaccins Pfizer / BioNTech et Moderna, qui nécessitent tous deux une chambre froide et sont relativement chers. Le succès dépendra également de la volonté de la population de se faire vacciner et de l’efficacité des vaccins contre toute mutation du virus.

Pour les marchés boursiers, l’annonce du vaccin le 9 novembre a conduit à l’un des plus grands changements d’élan de l’histoire. Les secteurs de valeur durement touchés, tels que l’énergie, le commerce de détail traditionnel, les hôtels, les compagnies aériennes et les services financiers, se sont redressés, tandis que les gagnants de la pandémie, tels que la vente en ligne, les soins de santé et la rénovation résidentielle, ont pris du retard.

D’un point de vue régional, les actions des marchés émergents ont augmenté de près de 20% et l’Asie hors Japon de près de 19%, bénéficiant toutes deux de l’espoir renouvelé d’une reprise cyclique, d’une baisse du dollar et d’une activité commerciale mondiale croissante. La forte demande de fournitures médicales et de produits technologiques a porté les exportations chinoises à leur niveau nominal mensuel le plus élevé jamais enregistré en novembre. La Corée du Sud, autre bénéficiaire de l’augmentation de la demande technologique, a également montré une accélération de la dynamique de son industrie d’exportation, le PMI des nouvelles commandes à l’exportation passant à 54,6 - le plus haut niveau depuis mars 2011 - en novembre.

Les actions américaines ont réagi positivement au résultat des élections, ce qui a contribué à la hausse de 12% pour le trimestre. La perspective d’une présidence moins conflictuelle sous Joe Biden, associée à un Congrès divisé qui pourrait empêcher à la fois des hausses d’impôts et un resserrement de la réglementation pour les entreprises de technologie et de soins de santé, a ravi les marchés.

Néanmoins, les démocrates ont toujours une chance d’achever une vague bleue s’ils parviennent à remporter les deux sièges du Sénat en Géorgie, ce qui pourrait changer le discours. Les actions de croissance américaines, qui ont profité du virage en ligne causé par Covid-19 cette année, ont sous-performé après les nouvelles positives des vaccins.

Les derniers jours de l’année ont apporté un soulagement tant attendu aux entreprises et aux ménages touchés par la pandémie. Les législateurs américains au Congrès ont finalement convenu d’un plan de secours en cas de pandémie qui étendra de nombreuses mesures de soutien de la loi CARES, y compris le renouvellement des paiements directs aux ménages et des allocations de chômage plus généreuses. Les dépenses de consommation étaient potentiellement menacées sans un soutien supplémentaire du gouvernement, ce qui en fait une étape importante pour l’économie américaine dans la construction d’un pont fiscal vers l’autre côté de la pandémie.

Après que les dirigeants polonais et hongrois aient effectivement bloqué le fonds de relance et le budget septennal de l’Union européenne parce que le financement était conditionnel au respect de l’État de droit, les gouvernements de l’UE ont finalement trouvé un compromis. Cela ouvre la voie à un programme de soutien financier de 1,8 milliards d’euros, à condition qu’il soit ratifié par les parlements nationaux des 27 États membres. Il a été convenu qu’une part importante du budget et du fonds de relance doit être consacrée à des projets durables et verts.

L’UE a également convenu d’objectifs climatiques plus stricts pour 2030, augmentant la réduction des émissions de carbone qu’elle vise par rapport aux niveaux de 1990 de 40% à 55% d’ici 2030. Cela entraînera une augmentation significative des investissements dans les énergies renouvelables et plus de réglementation.

Sur le front de la politique monétaire, la Banque centrale européenne (BCE) a augmenté le montant de ses achats d’actifs prévus de 500 milliards d’euros à 1850 milliards d’euros, et a prolongé de neuf mois l’horizon sur lequel elle effectuera ces achats jusqu’à fin mars 2022. La mise en garde a été ajoutée que les achats peuvent être résiliés plus tôt, s’ils ne sont plus nécessaires, ou prolongés, si nécessaire. Cela contribue à maintenir les rendements obligataires à la baisse dans la zone euro à l’aube de la nouvelle année, malgré le volume important attendu de l’offre brute d’obligations d’État en raison des programmes de secours en cas de pandémie. Le fait que la BCE ait demandé aux banques de limiter les paiements de dividendes jusqu’en septembre 2021 pour soutenir la stabilité du système financier a été moins un titre mais toujours important.

Au Royaume-Uni, la Banque d’Angleterre a annoncé qu’elle étendrait sa facilité d’achat d’actifs de 150 milliards de livres supplémentaires. La Réserve fédérale américaine s’est également explicitement engagée à acheter au moins 80 milliards de dollars par mois de bons du Trésor et de titres adossés à des prêts hypothécaires d’agences jusqu’à ce que le comité estime que « de nouveaux progrès substantiels » aient été accomplis vers ses objectifs d’inflation et d’emploi.

Le principal point à retenir pour les investisseurs obligataires est que, malgré les espoirs du marché d’une reprise économique, les rendements des obligations d’État n’ont augmenté que légèrement en raison de l’intervention de la banque centrale. C’est également la feuille de route pour 2021. Les taux et les rendements devraient rester bas encore plus longtemps. Les bons du Trésor américain à 10 ans ont terminé le trimestre avec un rendement de 0,9%, en légère hausse sur le trimestre mais en baisse par rapport à 1,9% en début d’année.

Au Royaume-Uni, les prix des logements et les dépenses de détail de novembre ont augmenté d’une année sur l’autre, malgré de sévères restrictions à l’activité. Néanmoins, la situation dans son ensemble est que le PIB reste nettement inférieur à son niveau de février, ce qui laisse une grande marge de manœuvre pour la reprise une fois que les vaccins seront lancés. Le trimestre s’est terminé par un accord sur le Brexit, aidant la livre sterling à augmenter de 5% au cours du trimestre. Les actions britanniques ont produit plus de 12% pour le trimestre.

Le premier trimestre de 2021 restera probablement difficile pour l’économie mondiale. Des données économiques décevantes coïncideront probablement avec le maintien des restrictions liées à la pandémie. Jusqu’à présent, le marché a globalement été disposé à examiner la faiblesse à court terme grâce aux nouvelles sur les vaccins et aux mesures de soutien politique, mais toute déception sur le front des vaccins pourrait entraîner une volatilité accrue du marché.

Les investisseurs devront travailler dur pour s’assurer que leurs portefeuilles génèrent les rendements dont ils ont besoin. Nous entamons ce nouveau cycle économique avec des valorisations supérieures à la normale à la sortie d’une récession. La baisse des taux réels a soutenu les valorisations mais, avec des taux d’intérêt plus proches de leur plancher nominal, une telle poussée répétée semble peu probable dans les années à venir. Plus que jamais, l’accent devra être mis sur l’identification des régions, des secteurs et des entreprises qui présentent les perspectives de bénéfices sous-estimées les plus fortes, tout en recherchant des formes alternatives de diversification au-delà des obligations d’État.