xtb

Noyé dans le pétrole

Depuis des semaines, l’offre excédentaire fait chuter les prix du brut et menace les producteurs d’énergie.

Le monde manque de place pour stocker le pétrole.

Les mesures de confinement liées au covid-19 réduisent la demande et l’offre ne baisse pas assez rapidement pour suivre. Les réservoirs de stockage de pétrole du monde entier se remplissent rapidement, laissant la nouvelle production sortir du sol sans nulle part où aller…

La surabondance écrasante menace l’une des industries vitales du monde et pourrait prolonger les retombées économiques néfastes du coronavirus. Au fur et à mesure que les stockages se remplissaient, le prix du brut américain est récemment tombé en dessous de 0$ le baril (prix négatif), une première dans l’histoire du marché pétrolier. Cela signifie en fait que les vendeurs devaient payer les acheteurs pour que ceux-ci viennent prendre les barils…

Même avec un récent rebond alors que certaines parties du monde rouvrent leurs portes, le pétrole se négocie à une fraction de l’endroit où il avait commencé l’année (près de $60). La plupart des sociétés énergétiques perdent de l’argent en produisant à ces niveaux.

Les données sur les stocks sont incomplètes ou retardées, mais des chiffres récents illustrent déjà la crise.

Les stocks mondiaux de pétrole se répartissent en deux catégories principales : les stocks commerciaux et les réserves stratégiques détenues pour les urgences. La plupart des investisseurs se concentrent sur les variations des stocks commerciaux, car ceux-ci sont les plus sensibles aux variations de l’offre et de la demande mondiales.

Les producteurs et les traders qui ne veulent pas vendre du brut aux bas prix d’aujourd’hui peuvent essayer de le stocker dans des hubs à travers le monde, puis le vendre plus tard, dans quelques mois par exemple. Le problème est maintenant que la demande d’espace de stockage monte en flèche.

Les stocks commerciaux américains augmentent à leur rythme le plus rapide jamais enregistré par les données gouvernementales remontant à 1982. À 532 millions de barils au cours de la semaine terminée le 1er mai, les stocks devraient bientôt dépasser le record de 535,5 millions de barils établi en mars 2017.

L’augmentation a été prononcée à Cushing, une plaque tournante clé. Les analystes ont déclaré que la diminution de l’espace de stockage à Cushing a contribué à la récente baisse d’un contrat à terme inférieur à 0 $ le baril. Le 20 avril, ce contrat à terme était proche de sa date d’expiration, ce qui signifiait que les commerçants devaient le vendre ou accepter la livraison de barils de pétrole réels à Cushing le mois suivant.

Ceux qui sont restés en possession des contrats n’ont probablement pas pu trouver de stockage disponible pour le pétrole et ont commencé à payer d’autres pour leur reprendre les contrats !

Il est difficile de savoir combien d’espace est réellement disponible. Les obstacles logistiques signifient que les réservoirs de stockage ne peuvent pas être remplis à ras bord, et la concurrence pour l’espace restant est féroce. Cela signifie qu’une grande partie d’espace restant aurait déjà pu être réclamé pour une utilisation future. Malgré cela, les chiffres officiels de l’Energy Information Administration montrent que les stocks de Cushing augmentent à un rythme qui les aurait complètement remplis en quelques semaines.

En conséquence, les prix à terme du brut se sont récemment échangés autour de leurs niveaux les plus bas en deux décennies.

Normalement, lorsque les prix du pétrole baissent, les consommateurs voyagent davantage, ce qui limite la baisse des prix et finit par déclencher un rebond. Mais avec une grande partie du monde pratiquant la distance sociale et le confinement, avec les compagnies aériennes et le tourisme à l’arrêt, la consommation de carburant a chuté.

Cela signifie que les entreprises du secteur éprouvent des difficultés. Des raffineurs qui absorbent le pétrole et le transforment en produits pétroliers, y compris l’essence, apportent beaucoup moins de brut. Le brut supplémentaire doit trouver une place en stockage.

En plus de Cushing, d’autres centres de stockage américains sont situés sur la côte du Golfe. Une surproduction de pétrole en provenance d’Arabie saoudite, le plus grand exportateur mondial, commence à arriver dans la région — les retombées d’une querelle de production entre le royaume et la Russie en mars qui a fait grimper l’offre mondiale alors même que la demande s’effondrait…

Ce brut supplémentaire pourrait aggraver la surabondance aux États-Unis. Le pétrole se déplace normalement de façon transparente à travers un réseau de pipelines et de centres de stockage à travers le pays, mais il n’aura nulle part où aller.

L’excédent de pétrole oblige les sociétés énergétiques à réduire leurs dépenses et à fermer des puits productifs. Certaines entreprises commencent à faire faillite et à licencier des employés. La tourmente efface des centaines de milliards de dollars de la valeur marchande du secteur.

Il y a aussi une grande quantité de pétrole flottant en mer et nulle part où aller. Certains navires ont même récemment envahi la côte californienne.

Les analystes du marché pétrolier surveillent également les stocks à l’étranger, en particulier en Chine, le plus grand consommateur mondial de matières premières. Des chiffres montrent également une augmentation de ces stocks récemment.

Et comme l’offre devrait continuer de dépasser la demande pour l’instant, de nombreux analystes s’attendent à ce que les prix restent volatils.