xtb

Personne ne peut ignorer le Bitcoin

Il n’est plus très prudent d’ignorer le potentiel des actifs crypto.

L’industrie de l’investissement peut être sceptique quant aux actifs cryptographiques et les investisseurs peuvent certes choisir de ne pas y toucher, mais peu peuvent se permettre de les ignorer.

Pourquoi donc ? Non seulement parce que l’ascension vertigineuse du Bitcoin a capturé l’attention de tout le monde, mais aussi pour des raisons plus objectives pour lesquelles le secteur de l’investissement devrait certainement prêter attention.

Pourquoi s’intéresser aux cryptomonnaies ?

Premièrement, les investissements dans les actifs cryptographiques et les infrastructures associées sont de plus en plus entrepris par des acteurs sérieux du marché, et pas seulement par des débutants non-conformistes. D’importantes institutions financières, telles que Fidelity Investments et le Groupe CME, sont impliquées. De grandes dotations, y compris celles gérées par Harvard, Yale et Stanford, ont investi, en tandem avec des piliers de fonds spéculatifs tels que Paul Tudor Jones. Facebook, PayPal, Visa et Square envisagent tous des stratégies de cryptomonnaies. En réponse, les banques centrales, dont la Réserve fédérale américaine, la Banque d’Angleterre et la Banque populaire de Chine, discutent de l’opportunité de développer leurs propres monnaies numériques de banque centrale.

Deuxièmement, les consultants et les régimes de retraite sont invités par leurs clients et membres à examiner les arguments en faveur d’un investissement dans des actifs numériques. Étant donné que les cryptomonnaies ont désormais une capitalisation boursière supérieure à 1300 milliards de dollars, ces demandes ne semblent plus farfelues.

Troisièmement, il existe des preuves (certes précoces et limitées) que l’ajout de crypto dans un portefeuille augmente les rendements absolus et ajustés au risque à long terme. Des analyses ont montré que l’ajout du Bitcoin à un portefeuille traditionnel d’actions/d’obligations 60%/40% a un impact positif sur les rendements à long terme du portefeuille, à la fois sur une base absolue et ajustée au risque.

Pour la période de janvier 2014 à septembre 2020, une allocation trimestrielle rééquilibrée de 2,5% au Bitcoin a augmenté les rendements d’un portefeuille traditionnel de 24%. Surtout, la volatilité serait restée presque constante (10,5% contre 10,3%). En conséquence, le ratio de Sharpe du portefeuille est passé de 0,54 à 0,75.

Enfin, étant donné l’absence de corrélation manifeste avec d’autres actifs, les actifs cryptographiques sont potentiellement un bon « diversificateur » de portefeuille.

En bref, quelle que soit votre opinion personnelle sur les cryptomonnaies, toute personne ayant une obligation fiduciaire ne peut pas se permettre de les ignorer.

Pourquoi se méfier ?

Soyons clairs, de nombreuses institutions sérieuses n’approuvent pas le Bitcoin et les centaines de altcoins.

En effet, les raisons d’être sceptique sont nombreuses. La principale d’entre elle est que les cryptos défient toute analyse conventionnelle. Les tâches basiques comme obtenir les volumes de transactions quotidiens sont difficilement réalisables.

Ensuite, il y a le défi d’identifier les moteurs fondamentaux de valorisation : les modèles d’évaluation existent, mais tous sont défectueux. Les entrées du modèle sont souvent incomplètes ou peu fiables. Les actifs cryptographiques s’apparentent davantage à des matières premières ou à des devises qu’à des instruments générateurs de flux de trésorerie, et même les cadres d’évaluation de ces actifs établis sont difficiles.

De plus, il n’y a pas de consensus sur le rôle (le cas échéant) que les cryptomonnaies devraient avoir dans un portefeuille géré par des professionnels. Les efforts d’analyse des consultants en sont encore à leurs balbutiements et les recherches menées par les courtiers sont minces.

Aucun de ces défis n’aurait beaucoup d’importance s’il était clair que les valorisations des crypto-actifs continueraient d’augmenter à long terme. À ce jour, Bitcoin s’est avéré être un actif rare – combinant les caractéristiques de rendement d’un actif alternatif classique avec la liquidité d’un titre coté en bourse. La question clé est de savoir s’il conservera ces caractéristiques à l’avenir.

Quoi considérer lorsqu’on s’intéresse aux cryptos ?

La réponse réside probablement dans les trois caractéristiques fondamentales des actifs cryptographiques : une volatilité élevée, une faible corrélation avec les actifs traditionnels et des rendements potentiels élevés.

La volatilité semble s’améliorer : l’écart-type des rendements quotidiens de Bitcoin était de 5,4% entre 2013 et 2015, de 4,1% entre 2015 et 2018 et de 3,7% entre 2019 et septembre 2020. Cette tendance à la baisse de la volatilité devrait se poursuivre.

Pendant ce temps, la faible corrélation entre les actifs cryptographiques et les actifs traditionnels persistera probablement car les moteurs des cryptomonnaies ne sont pas liés à la valeur fondamentale.

Les perspectives de valorisation sont plus nuancées. Les « bulls » (sentiment haussier) brossent un tableau d’un avenir où les actifs numériques sont aussi familiers que l’argent liquide et où la blockchain alimentée par crypto est utilisée pour les prêts, les envois de fonds, le transfert de titres et la tenue de marché automatisée. Ils soutiennent que même l’actif cryptographique le plus établi (Bitcoin) a une capitalisation inférieure à 2% de son comparable le plus évident (l’or), suggérant que les valorisations pourraient aller bien plus haut.

Les « bears » (sentiment baissier), quant à eux, notent que les valorisations de certaines cryptos sont déjà mesurées en centaines de milliards de dollars – comparables aux valorisations des plus grandes entreprises américaines. Les actifs cryptographiques sont surévalués, sujets aux escroqueries et aux piratages, et destinés à rester dans les mémoires comme le cyber-équivalent de la mania des tulipes en 1636-1637.

Les investisseurs devront également tenir compte de certains aspects pratiques délicats dans leur réflexion. La sauvegarde est l’un de ces aspects pratiques : la propriété d’un actif cryptographique est sécurisée par un mot de passe, ou « clé privée ». Si cette clé privée est perdue ou volée, l’actif est perdu pour toujours.

D’autres enjeux incluent l’absence de structure fiscale acceptée pour ces actifs. La taxe sur la crypto, lorsqu’elle existe, varie énormément en type et en amplitude entre les pays. Pendant ce temps, le traitement réglementaire des cryptos évolue, les déclarations des régulateurs passant de manière alarmante du positif au négatif, et inversement.

Les institutions doivent veiller

Pour les premiers utilisateurs, l’expérience a été extrêmement positive, offrant une rare combinaison de rendements élevés, de faibles corrélations avec d’autres actifs et de forte liquidité. Dans le même temps, leur introduction a été désordonnée, exposant certains investisseurs à une énorme volatilité, à des fraudes et à des escroqueries.

Le temps nous dira si l’investissement substantiel dans l’infrastructure cryptographique - y compris le développement de dépositaires réglementés, le lancement de contrats à terme réglementés et la création de fonds d’actifs cryptos, fera de la cryptomonnaie un élément de base des portefeuilles institutionnels.

D’ici là, les investisseurs doivent rester vigilants. Rares sont ceux dans le secteur de l’investissement qui peuvent se permettre de mettre la tête dans le sable et de dire « Je ne comprends pas, alors je vais l’ignorer et j’espère qu’il disparaîtra ».