xtb

Pétrole et Iran, US, géopolitique

C’est le battement de tambour constant qui a défini le marché du pétrole au cours des deux dernières années. Alors que les tensions montaient entre l’Iran et les États-Unis, chaque événement - des sanctions renouvelées en passant par la menace d’une guerre pure et simple - a soulevé la question : dans quelle mesure les prix du pétrole vont-ils augmenter ?

Il y a des raisons historiques à cela : les conflits au Moyen-Orient sont associés à la hausse des prix du pétrole. Dans le passé, ils ont eu un tel effet - la période précédant la guerre du Golfe de 1990, en particulier, a déclenché un rallye prolongé - et au jour le jour, les pics de prix sont souvent utilisés comme indicateur indirect de la nervosité des investisseurs sur la politique mondiale.

Mais si nous nous basons sur les dernières semaines, la règle ne correspond certainement pas à la réalité. Alors que le Brent avait initialement augmenté suite à l’assassinat du général iranien Qassem Soleimani par les Américains, la hausse s’est vite évaporée.

Les prix du pétrole étaient revenus là où ils avaient commencé — et les analystes pétroliers n’étaient pas surpris.

Le marché semble maintenant être conditionné à vendre peu de temps après une flambée géopolitique des prix, cherchant à prendre des profits immédiatement, sachant que le rallye sera de courte durée.

Après des années d’offre excédentaire, en particulier à cause du boom du schiste aux États-Unis, les chocs géopolitiques n’entraînent tout simplement plus une hausse persistante des prix du pétrole comme ils le faisaient auparavant.

Le pétrole atteint 70 $

Début janvier le prix du Brent a atteint 70$ le baril, avant de s’établir à 68,90$, clôture la plus élevée en plus de trois mois. Mais à la fermeture du marché la semaine suivante, le Brent avait non seulement éliminé le rallye initial après la mort de Soleimani - qui était déjà assez modeste, en s’appuyant sur des mois de hausse des prix - mais avait glissé de 4% sur la journée pour terminer au plus bas depuis trois semaines.

Cela peut sembler contre-intuitif. Historiquement, chaque fois qu’il y a eu des bombes au Moyen-Orient, il y a toujours eu des risques que quelque chose frappe les infrastructures pétrolières, car il y en a tellement.

Mais il y a des raisons relativement simples à la réponse molle du pétrole. Premièrement, l’attaque contre Soleimani n’a pas eu d’impact immédiat sur l’approvisionnement en pétrole - elle a simplement alimenté la crainte que l’approvisionnement pourrait être interrompu si le conflit s’intensifiait.

Une préoccupation constante est qu’un conflit dans la région pourrait entraîner la fermeture par l’Iran du détroit d’Ormuz, le plus important point pétrolier du monde. Le détroit - qui relie le golfe Persique et les marchés asiatiques, et par lequel environ 40% du brut mondial passe chaque jour - est bordé d’un côté par Oman et de l’autre par l’Iran.

L’Iran a promis de fermer le détroit dans le passé si la guerre éclatait - et les tirs près du détroit l’année dernière ont entraîné de brèves hausses du pétrole. Mais il y a une bonne raison pour que l’Iran ne donne pas suite. Après que les États-Unis ait réimposé les sanctions contre l’Iran en 2018, paralysant économiquement le pays, l’un des rares clients restants du pétrole iranien était la Chine. Comment le pétrole iranien arrive-t-il en Chine ? Grâce au détroit d’Ormuz. Et, en effet, la voie navigable est restée ouverte pendant l’escalade américano-iranienne de début 2020.

Mais il y a aussi un deuxième facteur en jeu ici. « En ce moment, les gens pensent que nous avons énormément de pétrole disponible », a déclaré Haines.

Excédent de pétrole

Le boom du schiste au Texas a redessiné la carte mondiale du pétrole : les États-Unis, loin d’être un importateur massif de pétrole, sont désormais exportateur net. En octobre 2019, les chiffres étaient disponibles : les exportations de brut des US ont atteint environ 3,38 millions de barils par jour, selon la Energy Information Administration des États-Unis. C’était un record - et un gain de 1,1 million de barils par jour par rapport à l’année précédente.

Selon la Joint Organizations Data Initiative, un projet qui suit les données pétrolières, les exportations américaines représentaient environ 12% des exportations mondiales totales ce mois-là, loin des 27% de l’Arabie saoudite, mais un bond spectaculaire de près de 0% une décennie auparavant.

Cela a produit le sentiment général qu’il n’y a pas de fin à l’offre et que les prix du pétrole sont peu incités à augmenter.

Et l’Arabie saoudite…

Pour avoir une autre idée de la raison pour laquelle le marché du pétrole ne fait rien de plus que hausser les épaules face à la perspective d’un déclenchement de la guerre au Moyen-Orient, il est utile de revenir sur septembre 2019.

Des attaques de drones contre une raffinerie de pétrole et un champ pétrolier en Arabie saoudite ont produit ce qui ressemblait à un scénario catastrophe : la perturbation de la moitié de la production du plus grand exportateur de pétrole au monde. Ce fut un véritable coup dur d’approvisionnement, à une époque où l’ambiance géopolitique était déjà précaire.

Les prix du pétrole ont agi en conséquence et ont grimpé jusqu’à 20% en une seule journée, le plus grand bond sur une journée depuis le milieu des années 80. Mais quelque chose d’autre s’est produit : les prix ont presque immédiatement commencé à baisser. En un peu plus de deux semaines, le Brent a non seulement effacé ce gain initial, mais a encore diminué, baissant de plus de 16% de son pic. L’Arabie saoudite a travaillé rapidement pour calmer les marchés mondiaux et rassurer les acheteurs, mais l’impact n’en a pas moins été frappant - c’était comme si les attaques n’avaient jamais eu lieu !

Sur les marchés, on a l’impression que les traders et investisseurs ont la conviction qu’il y a suffisamment de pétrole pour adoucir l’approvisionnement et qu’il est difficile pour le pétrole de tenir des prix élevés, même avec des chocs massifs. Il y a encore quelques années on ne pouvait pas imaginer que cela se produise.

Est-ce à dire qu’une menace à l’offre ne produira plus jamais de pic à long terme sur le prix du pétrole ? Non, mais en ce qui concerne les perturbations aux effets durables, les plus grands risques ne résident plus nécessairement au Moyen-Orient ; ils sont au Texas.