xtb

Quelle économie pour 2020?

En bref :

  • L’économie américaine est revenue à une croissance plus lente, mais devrait éviter la récession en 2020.
  • Les économies internationales devraient voir une légère amélioration si les tensions s’atténuent.
  • La Fed pourrait laisser ses taux inchangés en 2020, mais d’autres banques sont toujours en mode d’assouplissement.
  • Les actions internationales devraient surperformer à long terme, mais une incertitude demeure tant que les tensions commerciales persistent.
  • La volatilité du marché pourrait être plus élevée au cours de l’année électorale américaine. Les investisseurs doivent être bien diversifiés et devraient laisser de côté leurs convictions politiques lorsqu’il s’agit d’investir.

ÉCONOMIE AMÉRICAINE : UNE CROISSANCE CONSTANTE

En 2020, l’expansion économique américaine devrait entrer dans sa 12e année, ayant rétrogradé avec succès de 3% de croissance à 2% sans tomber en récession. La longévité remarquable de l’expansion et la poursuite d’une inflation et d’un chômage faibles sont tous des points positifs importants. Cependant, d’un point de vue d’investissement, les perspectives sont loin d’être idéales. Une croissance économique lente et la hausse des salaires feront pression sur les marges tandis que l’inflation régulière devrait empêcher un rallye du marché obligataire. De plus, les rendements à long terme seront confrontés aux implications d’un déficit budgétaire croissant, et les risques politiques d’un protectionnisme accru ou la hausse des taxes continueront de donner aux investisseurs de quoi s’inquiéter.

La partie la plus forte de l’économie américaine devrait continuer d’être les dépenses des consommateurs. Même si la levée des baisses d’impôt de 2017 s’estompe, les dépenses des ménages seront soutenues par la hausse des salaires. Au cours de 2020, le revenu réel à disposition des ménages devrait augmenter d’environ 2,0%, les salaires continuant de dépasser l’inflation et augmentant progressivement. Les dépenses d’investissement cependant resteront molles, les entreprises étant confrontées à l’incertitude des tensions commerciales en cours et une économie mondiale à croissance lente. En outre, les inventaires devraient croître plus lentement, entraînant la croissance du PIB à la baisse, tandis que les dépenses publiques devraient avoir des effets plus neutres.

Dans l’ensemble, l’économie américaine devrait éviter la récession en 2020. Le plus grand risque de ralentissement est lié à la possibilité que les entreprises gèlent ou réduisent collectivement les embauches, compte tenu de l’incertitude commerciale et des perspectives de croissance lente.

Cependant, ce n’est probablement pas tout à fait suffisant pour provoquer une récession et les déclencheurs de récession historiquement les plus puissants semblent moins dangereux à l’heure actuelle.

Premièrement, les taux d’intérêt à long terme sont inhabituellement bas pour cette fin de cycle. Cela signifie que ni les entreprises ni les consommateurs ne sont exclus des décisions de dépenses importantes en raison des coûts de financement élevés.

Deuxièmement, les secteurs les plus cycliques de l’économie sont maîtrisés, sans boom du logement, des automobiles ou des dépenses en capital. Cela réduit le risque d’un cycle poussant l’économie en récession.

Cela dit, une croissance économique lente devrait se traduire par une croissance lente de l’emploi. Une très faible croissance de la population active implique que même ce rythme de croissance de l’emploi réduit devrait être cohérent avec un resserrement progressif du marché du travail. Malgré cela, la croissance des salaires restera probablement stable, la pression du resserrement des marchés du travail répondant à un effort concerté des entreprises pour maintenir leurs marges.

Tout cela devrait se traduire par une inflation faible et régulière, le déflateur de la consommation de base progressant doucement jusqu’à un gain de 2,0% sur douze mois par rapport à son rythme récent de 1,7%. Les bénéfices devraient également croître à un rythme à un chiffre seulement à partir d’un niveau très élevé, les entreprises étant contraintes par une augmentation régulière de la rémunération et des marchés mous.

Enfin, Washington aura à la fois un impact sur l’économie et sera impacté en 2020. Malgré des signes d’apaisement dans la guerre commerciale, la menace de hausses tarifaires restera probablement jusqu’en 2020, réduisant les exportations, les importations et les dépenses d’investissement. En ce qui concerne les élections américaines de 2020, il devrait être facile de prédire le candidat démocrate à la présidence d’ici le 17 mars. Les investisseurs seront intéressés par les propositions de ce candidat sur la fiscalité des entreprises, la réglementation et les soins de santé.

Une grande partie de l’année sera consacrée au handicap des élections de novembre, tant en ce qui concerne la course à la présidence que le contrôle du Congrès. Un gouvernement divisé est le résultat le plus probable. Cependant, un parti contrôlant la Maison Blanche, la Chambre des représentants et le Sénat pourrait apporter un changement de politique plus radical. Enfin, l’exercice 2020 verra le déficit budgétaire dépasser 1 milliard de dollars pour la première fois depuis 2012, et le financement de ce déficit pourrait exercer une pression supplémentaire sur le marché obligataire.

ÉCONOMIE INTERNATIONALE : UNE CERTAINE AMELIORATION EST PROBABLE ALORS QUE LES TENSIONS COMMERCIALES S’ATTENUENT

Les économies internationales sont sous pression depuis près de deux ans, en grande partie grâce à l’impact de l’incertitude commerciale sur les volumes d’exportation et les dépenses d’investissement. La fabrication a subi le plus gros de ces effets, tandis que les services ont mieux résisté aux côtés de marchés du travail résilients. En réponse au ralentissement de la croissance, de nombreuses banques centrales internationales ont assoupli leur politique tout au long de 2019. La relance budgétaire, quant à elle, n’a vraiment été déployée que dans les pays émergents d’Asie, car d’autres pays n’ont pas pu ou n’ont pas voulu utiliser l’accélérateur. La combinaison d’un assouplissement monétaire généralisé et de mesures de relance budgétaire plus limitées observées tout au long de 2019, ainsi que l’anticipation d’une nouvelle escalade de la guerre commerciale, devraient permettre à la croissance mondiale de se stabiliser et même de s’orienter légèrement à la hausse en 2020.

Parmi les économies développées, les tensions commerciales persistantes entre les États-Unis et leurs partenaires commerciaux ont nui aux économies davantage axées sur l’exportation. En outre, le monde développé est confronté à de nouvelles incertitudes politiques, notamment des tensions liées au Brexit, une instabilité politique dans certains pays européens et une démographie difficile au Japon. Bien qu’une grande partie de l’incertitude entourant le Brexit puisse enfin être résolue au cours de l’année à venir, d’autres sources de volatilité persisteront probablement et de nouvelles apparaîtront, bien sûr. Malgré cela, la nature plutôt cyclique du secteur manufacturier à l’échelle mondiale suggère que la croissance des marchés développés a peut-être déjà atteint un creux.

Quoi qu’il en soit, la lenteur des perspectives de croissance devrait inciter les banques centrales à continuer d’assouplir leur politique bien qu’elles maintiennent déjà des taux de référence en territoire négatif. De plus, l’assouplissement monétaire s’est révélé très inefficace pour stimuler l’inflation ces dernières années, et l’inflation restera inférieure à l’objectif pour la plupart des marchés développés. Une relance budgétaire significative pourrait, en théorie, aider à atténuer les problèmes dans des économies à croissance plus lente comme l’Allemagne et le Japon, mais cela reste peu probable. En conséquence, bien que la croissance des marchés développés puisse s’améliorer l’année prochaine, l’amélioration sera probablement modeste.

Sur les marchés émergents, le calendrier politique officiel est assez vide en 2020. Le problème le plus important reste l’évolution de la politique commerciale : aucun nouveau choc commercial ne devrait permettre aux économies asiatiques émergentes de se stabiliser, et l’inflation émergente globale et les taux d’intérêt devraient rester bas. Alors que la croissance économique de la Chine pourrait chuter en dessous de 6% en raison de facteurs cycliques et structurels, l’assouplissement monétaire et budgétaire des 18 derniers mois devrait lui permettre de se stabiliser juste en dessous de ce rythme. Un assouplissement monétaire massif futur ou des dépenses d’infrastructure sont peu probables, étant donné que la Chine se concentre sur une croissance durable. Au lieu de cela, la croissance sera ancrée par le consommateur : la montée de la classe moyenne chinoise devrait continuer à alimenter la demande de biens et services de consommation.

En Amérique latine, la politique intérieure reste, comme d’habitude, une variable clé. Le Brésil et le Mexique devraient tous deux connaître une accélération significative de la croissance par rapport à 2019, compensant une récession continue en Argentine et permettant à la région de se développer plus fortement en 2020.