xtb

Sur les marchés au 3e trimestre 2021

Les actions des marchés développés sont restées globalement stables au cours du trimestre après qu’une baisse modérée en septembre ait effacé les gains antérieurs du trimestre. Cependant, cela laisse toujours les actions des marchés développés sur de solides gains pour l’année à ce jour. Les actions chinoises ont cependant connu des difficultés et ont entraîné les actions des marchés émergents vers le bas au cours du trimestre, malgré le fait que certains marchés, comme l’Inde, continuent de bien performer.

Les actions ont résisté au cours du trimestre malgré certaines inquiétudes concernant un pic du taux de croissance économique, des ruptures d’approvisionnement et une hausse de l’inflation. Au final, les investisseurs continuent de penser que, malgré une modération du rythme de croissance, le risque de récession reste faible. Les anticipations de croissance continue des bénéfices dans les années à venir contribuent donc à soutenir les marchés actions.

Les nouvelles négatives en provenance de Chine semblaient implacables au troisième trimestre. Premièrement, la décision de la Chine de transformer les sociétés de tutorat privées en organisations à but non lucratif a inquiété certains investisseurs, qui ont commencé à se demander si des actions similaires pourraient être appliquées à d’autres secteurs. Ensuite, de nouvelles réglementations sur le secteur de la technologie ont été annoncées, notamment une interdiction pour les enfants de jouer à des jeux vidéos plus de trois heures par semaine. Enfin, les investisseurs ont dû faire face aux craintes liées à la défaillance potentielle d’un grand promoteur immobilier chinois et aux effets systémiques potentiels. Tout cela a pesé sur les actions chinoises.

La Chine n’empêchera probablement pas les entreprises d’autres secteurs, en dehors du secteur de l’éducation, de réaliser des bénéfices. Alors que de nouvelles réglementations pourraient ralentir le rythme de croissance des bénéfices pour certains secteurs, les bénéfices dans l’ensemble devraient encore augmenter de manière robuste au cours des prochaines années, à un rythme un peu plus lent qu’il n’aurait été le cas sans une nouvelle réglementation. L’exposition du système bancaire aux promoteurs immobiliers les plus à risque est sans doute gérable et ne devrait donc pas conduire à une crise systémique. Ainsi, alors que toutes les incertitudes justifient peut-être une partie de la baisse des valorisations chinoises qui a eu lieu, la forte croissance des bénéfices continuera de soutenir les actions chinoises au cours des prochaines années.

Aux États-Unis, la Réserve fédérale (la Fed) a annoncé qu’elle allait bientôt (probablement en novembre) commencer à ralentir le rythme de ses achats d’actifs, les achats devant prendre fin vers le milieu de l’année prochaine. La Fed a également publié ses projections de taux d’intérêt au cours des prochaines années, l’espoir central étant désormais que les taux d’intérêt américains augmentent à 1,75 % d’ici la fin de 2024. Le rythme des hausses de taux a été plus rapide que le marché ne l’avait prévu, entraînant une hausse des rendements du Trésor dans les jours qui ont suivi la réunion de la Fed en septembre, inversant la baisse des rendements du début du trimestre.

Au Royaume-Uni, la Banque d’Angleterre (BoE) a effectué un virage tout aussi hawkish, suggérant qu’elle pourrait relever les taux d’intérêt avant la fin de l’année. Alors qu’il est très probable que les taux britanniques n’augmenteront pas avant la fin de l’assouplissement quantitatif à la fin de cette année, les dernières prévisions de la BoE suggèrent qu’une hausse des taux pourrait certainement survenir au début de l’année prochaine. Les rendements des obligations d’État britanniques ont fortement augmenté, faisant plus qu’inverser la tendance du début du trimestre.

La Banque centrale européenne (BCE) a annoncé une réduction du rythme de ses achats d’actifs mais, contrairement à la Fed, a tenu à souligner que ce n’était pas le début d’un processus de réduction à zéro des achats. Alors que la Fed et la BoE s’engagent sur la voie d’une hausse des taux d’intérêt, la BCE semble susceptible d’être laissée pour compte.

L’autre grande nouvelle de la zone euro est le résultat des élections allemandes. Bien que le résultat signifie qu’il pourrait falloir un certain temps pour qu’un gouvernement soit formé et que le remplaçant de la chancelière Angela Merkel soit nommé, le résultat signifie qu’il est désormais peu probable que le résultat final change la donne pour l’Allemagne ou l’Europe.

Un autre endroit où les taux ne devraient pas augmenter de sitôt est le Japon. Le Premier ministre Yoshihide Suga, dont la popularité avait décliné, a annoncé qu’il ne dirigerait pas le Parti libéral-démocrate (PLD) aux élections générales de novembre. Son successeur, Fumio Kishida, est désormais considéré comme susceptible de mener le PLD à la victoire aux élections. Les actions japonaises se sont redressées dans l’espoir de nouvelles mesures de relance et de réouverture économique alors que les cas de Covid diminuaient.

Dans l’ensemble, les marchés boursiers se sont montrés assez résistants à la vague d’hospitalisations pour Covid qui a eu lieu ce trimestre dans de nombreux pays, et il y a maintenant des signes encourageants que le nombre de personnes hospitalisées pourrait atteindre un pic dans la plupart des économies clés. Le virage belliciste de la Fed et de la BOE, ainsi que l’espoir que nous soyons à un point où la plupart des gens ont été vaccinés ou déjà infectés par Covid, ont provoqué la vente des obligations d’État, après leur rallye plus tôt dans le trimestre.

Clairement, l’hiver apporte avec lui une certaine incertitude par rapport à l’impact potentiel de Covid sur les systèmes de santé mais même si les hospitalisations reprennent, la reprise économique pourrait être retardée plutôt que déraillée, grâce aux soldes d’épargne accumulée encore très sains des consommateurs. Ces économies élevées, conjuguées à une solide croissance des salaires, devraient également aider la plupart des consommateurs à surmonter la hausse des prix actuellement en cours.

Ainsi, bien qu’il puisse y avoir quelques obstacles en cours de route, la tendance que nous avons observée jusqu’à présent cette année, des actions surperformant les obligations d’État, devrait se poursuivre d’ici la fin de l’année prochaine.