xtb

Forum et Communauté pour le Trading en Ligne - Bourse, Forex, CFD et Crypto Monnaie

Sur les marchés en avril 2022

Le premier trimestre de l’année a été difficile pour les investisseurs et avril n’a pas fait exception. La guerre en Ukraine, les confinements en Chine et la perspective d’un resserrement considérable de la politique monétaire américaine ont tous pesé sur le sentiment.

Les actions mondiales ont poursuivi leur récente baisse, le MSCI All Country World reculant de 8,0 % sur le mois. Le FTSE All-Share, riche en matières premières, a été un point positif relatif, avec un rendement de 0,3 % en avril. A l’inverse, les valeurs de croissance ont enregistré des pertes importantes de -11,9%.

Les titres obligataires ont également été sous pression, les obligations mondiales ayant enregistré -5,5 % en avril alors que les rendements des bons du Trésor américain à 10 ans approchaient les 3 %. Les attentes concernant la trajectoire de la politique monétaire ont connu un changement majeur cette année, les marchés évaluant désormais des taux d’intérêt bien supérieurs à 2% aux États-Unis et au Royaume-Uni d’ici la fin de l’année, tandis que les taux de la zone euro devraient passer en territoire positif comme dès octobre.

Europe

Le mois d’avril s’est terminé sans aucun signe de résolution de la guerre en Ukraine, alors que les combats dans l’est et le sud du pays s’intensifiaient. L’impact sur les marchés de l’énergie reste particulièrement notable compte tenu des difficultés rencontrées par l’Europe pour réduire sa dépendance énergétique vis-à-vis de la Russie. Les prix du gaz en Europe ont légèrement baissé au cours du mois, mais sont toujours en hausse de 42 % depuis le début de l’année. La récente augmentation des prix du pétrole s’est interrompue en raison à la fois de la libération de réserves stratégiques de pétrole et des attentes d’une baisse de la demande de la Chine.

L’impact du conflit commence maintenant à devenir plus clair dans les données économiques. Les marchés du travail continuent d’être la lueur d’espoir, avec des taux de chômage au Royaume-Uni et dans la zone euro proches de leurs plus bas depuis plusieurs décennies. Pourtant, malgré une forte croissance des salaires, la confiance des consommateurs dans la zone euro et au Royaume-Uni a chuté à des niveaux compatibles avec une récession. Les indices flash des directeurs d’achat (PMI) d’avril étaient un peu plus positifs dans la zone euro, l’indice composite remontant à 55,8 malgré une forte baisse de l’industrie manufacturière allemande. Les données du Royaume-Uni ont été plus faibles, avec des ventes au détail en baisse de 1,4 % d’un mois sur l’autre en mars et des PMI flash en baisse plus que prévu. Un début d’année relativement solide à 3,7 % pour le FTSE 100 met en évidence la déconnexion entre l’économie britannique et les actions britanniques à grande capitalisation dans un environnement où les secteurs de l’énergie et des matériaux enregistrent de solides performances.

Pendant ce temps, Emmanuel Macron a été réélu pour un deuxième mandat de cinq ans en tant que président français, battant Marine Le Pen lors d’une répétition du second tour de 2017. Alors que la marge de victoire était plus étroite qu’il y a cinq ans, le résultat a eu peu d’incidence sur les marchés financiers étant donné qu’il était largement conforme aux prévisions des sondages.

Chine

Après avoir maintenu le Covid-19 sous contrôle strict pendant la majeure partie des deux dernières années, les autorités chinoises luttent désormais pour contenir une épidémie majeure. Shanghai a passé tout le mois d’avril en confinement total, et le sentiment du marché s’est encore ébranlé vers la fin du mois lorsque des informations ont fait état de nouvelles mesures de confinement mises en œuvre à Pékin. La politique monétaire et budgétaire a fourni une certaine compensation, mais l’objectif de croissance de 5,5% de la Chine pour 2022 semble désormais difficile à atteindre alors que les décideurs politiques donnent la priorité à la stratégie zéro-Covid sur l’activité économique. Les marchés boursiers ont subi de nouvelles pressions, l’indice MSCI Chine ayant reculé de 4,1 % en avril. Les valorisations des actions chinoises par rapport aux marchés développés se situent désormais à des niveaux jamais vus depuis 2015, tandis que les rendements chinois à 10 ans sont passés en dessous des rendements du Trésor américain à 10 ans pour la première fois en plus d’une décennie.

États-Unis

Après plusieurs mois de discours, il y a maintenant des signes que la Réserve fédérale (Fed) se prépare à marcher le pas sur la lutte contre l’inflation. Alors que l’inflation globale aux États-Unis s’élevait à 8,5 % - le niveau le plus élevé depuis 1981 - plusieurs membres du Conseil des gouverneurs de la Fed ont utilisé des discours en avril pour souligner leur désir de ramener les taux à neutre le plus rapidement possible. Le marché a maintenant prévu des hausses de 50 points de base à chacune des trois prochaines réunions de la Fed, une voie que le président de la Fed, Jerome Powell, a laissé entendre qu’elle était parfaitement réalisable lors d’une table ronde au Fonds monétaire international. Les marchés obligataires ont vivement réagi au ton plus belliciste de Powell. Les rendements américains à 2 ans et à 10 ans ont augmenté respectivement de 39 points de base (pb) et de 56 pb en avril, les rendements des obligations d’État mondiales augmentant en parallèle. Les spreads de crédit se sont également élargis au cours du mois.

La hausse des rendements américains continue de soutenir le dollar, le billet vert étant maintenant en hausse de 7,3 % sur une base pondérée en fonction des échanges depuis le début de l’année. La force du dollar a été particulièrement notable par rapport au yen japonais. La Banque du Japon (BoJ) subit une pression croissante pour s’éloigner de ses objectifs actuels de contrôle de la courbe des taux, avec un yen en baisse de 11 % par rapport au dollar depuis le début de l’année. Aucun changement n’a été apporté lors de la réunion d’avril de la BoJ, mais ses actions seront importantes à surveiller dans les mois à venir étant donné l’impact potentiel sur les rendements obligataires mondiaux si les rendements japonais augmentent.

Conclusion

L’économie mondiale est entrée en 2022 avec de forts vents favorables. Alors que des marchés du travail robustes et d’importantes quantités d’épargne refoulée restent favorables, les risques pesant sur la reprise s’accumulent, notamment en Europe. Les banquiers centraux sont confrontés à des défis importants alors qu’ils cherchent à resserrer leur politique pour aider à ramener l’inflation à son objectif sans faire basculer l’économie dans la récession. Dans ce contexte, un potentiel de pression supplémentaire sur les valorisations des actions à venir est probable. Les entreprises qui peuvent maintenir des marges saines grâce à un fort pouvoir de fixation des prix seront probablement relativement performantes par rapport au marché global. Dans les titres obligataires, les arguments en faveur de la durée de détention sont plus solides qu’ils ne l’étaient au début de 2022, mais les rendements pourraient encore augmenter à mesure que les banques centrales poursuivront leurs plans de resserrement.