xtb

Sur les marchés en mai 2021

Les données économiques ont été très solides au cours du mois dernier, mais les marchés ont été plus discrets après un début d’année déjà bien parti. Le déploiement en cours du vaccin permet à de nombreuses économies de rouvrir progressivement, ce qui, combiné à un soutien budgétaire important – en particulier au Royaume-Uni et aux États-Unis – soutient un grand rebond de l’activité économique. Néanmoins, les marchés ont été contraints en mai par les craintes que des surprises à la hausse ne se traduisent par une inflation plus persistante, ce qui pourrait obliger les banques centrales à mettre un terme prématuré au rebond de la croissance. Les actions des marchés développés ont réussi à gagner 1,5 % sur le mois. Les attentes d’une croissance économique et d’une inflation plus fortes ont favorisé la valeur par rapport à la croissance. Le MSCI World Value a augmenté de 3,0% et le MSCI World Growth a baissé de 0,1%. Avec l’inflation en hausse, les obligations mondiales protégées contre l’inflation ont gagné 3,0 % grâce à une forte demande.

Les données du monde réel sur l’efficacité des vaccins continuent d’être largement positives, les hospitalisations étant faibles dans les pays où le déploiement du vaccin a suffisamment progressé pour protéger les groupes d’âge les plus vulnérables. La crise sanitaire tragique en Inde a souligné la nécessité d’un déploiement rapide des vaccins à l’échelle mondiale. Des progrès sont en cours, avec plus de 190 millions de vaccins administrés à ce jour en Inde – seulement derrière les États-Unis et la Chine pour le nombre total de vaccins fournis jusqu’à présent. Ces progrès, combinés à une population relativement jeune, laissent espérer que le pire de la crise sanitaire indienne pourrait être passé d’ici quelques mois.

ETATS-UNIS

La croissance et l’inflation ont fait les gros titres en mai, et elles n’ont pas déçu. Les indices des directeurs d’achat (PMI) américains pour l’industrie et les services ont tous deux dépassé les attentes en mai, atteignant leurs plus hauts niveaux jamais enregistrés. Les détails des PMI ont non seulement montré que la demande des consommateurs reste soutenue, mais aussi que les entreprises sont confrontées à une augmentation des coûts. L’inflation globale a atteint 4,2 % en glissement annuel en avril. Une hausse de l’inflation était attendue compte tenu de la baisse des prix à la même époque l’année dernière, mais même l’inflation en glissement mensuel a augmenté de 0,8%, bien au-dessus des attentes du consensus.

La Réserve fédérale américaine (la Fed) a reconnu qu’elle devra penser à réduire ses achats d’obligations à un moment donné. Cela dit, les minutes d’avril ont montré que la Fed était globalement indifférente à son point de vue sur les perspectives économiques – apaisant les craintes que la perfusion ne soit soudainement retirée. Bien que la publication de l’inflation ait été une surprise pour la Fed, certains détails suggèrent qu’il y a des facteurs temporaires en jeu – la hausse des prix des ventes de voitures d’occasion, par exemple, ne devrait pas durer. Que l’inflation soit ou non transitoire est l’une des plus grandes questions pour les investisseurs en ce moment.

Il y a eu des signes de pression à la hausse sur les salaires. La dernière enquête de la Fédération nationale des entreprises indépendantes (NFIB) a souligné que les petites entreprises aux États-Unis ont du mal à pourvoir des emplois, ce qui a été en partie attribué à l’augmentation des allocations de chômage – qui devraient expirer début septembre. Les secteurs les plus concurrents des allocations chômage ont enregistré une forte croissance des salaires. Dans le rapport sur l’emploi d’avril, 266 000 emplois ont été récupérés, mais c’était bien en deçà des attentes du consensus de 1 million. Telle a été la difficulté de réembaucher des travailleurs que certains États ont confirmé qu’ils mettront fin plus tôt aux allocations de chômage améliorées.

Les bénéfices des entreprises américaines pour le premier trimestre ont été beaucoup plus élevés que prévu. Les sociétés du S&P 500 ont annoncé une croissance des bénéfices de 47% par rapport aux attentes du consensus pour une croissance de 20%. Malgré la solide performance des bénéfices, le S&P 500 a augmenté de 0,7% en mai, mais les secteurs les plus chers de la technologie et de la consommation discrétionnaire – qui représentent 40% de l’indice – ont subi des pressions.

L’EUROPE

Après un démarrage relativement lent, les taux de vaccination en Europe ont augmenté. Dans les principales économies, des shots sont fournis à environ 0,8% de la population par jour, conformément au Royaume-Uni. A ce rythme, la zone euro aura bientôt fourni au moins une dose aux plus de 50 ans. Les perspectives d’un fort rebond de la croissance cette année se sont donc accrues, ce qui a profité aux actions européennes. L’indice MSCI Europe hors Royaume-Uni a progressé de 2,8 % en mai, l’indice boursier majeur le plus performant.

Les PMI de la zone euro pour mai étaient également positifs. Alors que le secteur manufacturier se redresse depuis l’année dernière, le rebond du secteur des services a été retardé par les restrictions en vigueur. Les vaccinations semblent désormais renforcer la confiance dans le secteur des services, comme en témoigne l’amélioration de l’enquête de conjoncture PMI des services à un niveau supérieur à 55.

ROYAUME-UNI

Le déblocage de l’économie britannique s’est poursuivi en mai, avec la réouverture de l’hôtellerie. Une accumulation de l’épargne des ménages parallèlement à des mesures de relance budgétaire créerait un puissant cocktail pour stimuler les dépenses. Cela s’est avéré être le cas au Royaume-Uni, comme le montre une augmentation de 9 % d’un mois à l’autre des ventes au détail en avril, les ventes de vêtements ayant augmenté de 70 % par rapport au mois précédent.

Alors que la demande a clairement été forte, les entreprises britanniques ont du mal à répondre à cette demande en temps opportun. Les enquêtes PMI ont montré que les goulots d’étranglement de l’approvisionnement dans le secteur manufacturier sont devenus encore plus aigus en mai, les délais de livraison des fournisseurs augmentant. Les pressions sur les prix auxquelles sont confrontées les entreprises ont également augmenté, la composante prix des enquêtes auprès des entreprises manufacturières atteignant des niveaux records. Il n’est donc pas surprenant que l’inflation ait augmenté de 0,6% en glissement mensuel. La hausse de 1,1% de l’indice FTSE All-Share a porté sa performance à ce jour au-dessus de 10%.

MARCHES EMERGENTS

L’indice MSCI EM a dégagé des rendements de 2,3% sur le mois, tandis que les actions asiatiques ont progressé de 1,2%. Après une très forte progression entre le début de l’année dernière et février de cette année, les actions asiatiques ont cédé une partie de leurs gains des derniers mois avant de rebondir dans la seconde moitié du mois de mai. Les actions de croissance ont mené la baisse depuis février, et le retournement de situation en mai a aidé les marchés asiatiques à remonter à nouveau. Néanmoins, les valeurs de croissance chinoises ayant corrigé de plus de 20 % depuis février, les valorisations semblent désormais plus attrayantes. Les inquiétudes concernant le resserrement de la politique chinoise sont probablement exagérées et les perspectives à long terme des actions chinoises et asiatiques restent attrayantes.

EN RESUME

Les perspectives économiques pour la seconde moitié de l’année s’annoncent prometteuses, en particulier pour les pays qui sont bien avancés dans le déploiement des vaccins. Alors que de plus en plus de pays intensifient leurs efforts pour vacciner leur population, la reprise économique devrait s’étendre. La question n’est pas de savoir si la croissance sera forte ou non, mais plutôt à quel point elle sera forte. La préoccupation des marchés a consisté à comprendre comment les banques centrales réagiraient à d’autres surprises potentielles à la hausse sur la croissance économique. Les investisseurs craignent particulièrement que si l’inflation s’avère persistante plutôt que temporaire, les banques centrales pourraient devoir augmenter rapidement les taux d’intérêt pour ralentir une économie qui tourne trop vite. Cette préoccupation a créé une certaine volatilité sur les marchés au cours du mois dernier.

Cependant, nous pensons que les actions devraient bien se comporter dans un environnement d’inflation en légère hausse, car la hausse des ventes a tendance à compenser la hausse des prix, qui peut être répercutée sur les clients lorsque la demande est forte. Il est probablement logique de rechercher des secteurs des marchés boursiers susceptibles de bénéficier à la fois du rebond cyclique mais également de la hausse des rendements obligataires. Les secteurs de valeur font généralement l’affaire à cet égard. Dans l’ensemble, les actions ont connu un bon début d’année, et même s’il ne faut pas être surpris de voir quelques oscillations en cours de route, les perspectives pour l’économie et les marchés boursiers restent positives.