xtb

Sur les marchés en novembre 2019

Les actions ont poursuivi leur remontée en novembre - une caractéristique relativement constante des marchés en 2019, malgré la multitude de risques géopolitiques auxquels les investisseurs ont été confrontés cette année. Les négociations entre les États-Unis et la Chine sur un accord commercial de « phase un » n’ont pas encore abouti, mais au moins il n’y a pas eu d’augmentation supplémentaire des droits de douane. Il est actuellement prévu que les tarifs augmentent le 15 décembre, à moins qu’un accord ne soit trouvé ou que le délai ne soit repoussé. Cependant, les espoirs d’un accord semblent avoir alimenté le sentiment de marché. Au Royaume-Uni, l’attention s’est tournée vers les prochaines élections générales du 12 décembre. La politique restera donc probablement au centre des préoccupations des investisseurs en fin d’année.

La Banque centrale ayant assoupli un facteur clé des rendements de marché jusqu’à présent cette année, les investisseurs n’avaient pas beaucoup de nouvelles informations en provenance des principales banques centrales (États-Unis, Royaume-Uni, zone euro, Japon) en novembre. Seule la Banque d’Angleterre (BoE - Bank of England) a tenu une réunion le mois dernier et n’a pas modifié son taux directeur. Les actions des marchés développés ont surclassé les actions des marchés émergents, l’indice S&P500 terminant en fin de mois en tant qu’indice majeur des actions les plus performants. Les rendements obligataires ont légèrement progressé, de sorte que l’indice mondial des obligations gouvernementales et de sociétés de qualité et d’investissement (Global Agg.) a perdu 0,8% au cours du mois.

:us: ETATS-UNIS

Aux États-Unis, des signes timides d’amélioration du climat des affaires ont été observés. L’indice des directeurs d’achat aux États-Unis (PMI – Purchasing Managers Index) de novembre indiquait une reprise de l’activité dans le secteur de la fabrication et des services. En particulier, une augmentation des composantes de l’emploi des deux enquêtes incitait certaines entreprises à ne pas supprimer leurs emplois malgré la pression sur les bénéfices. L’optimisme autour d’un accord commercial, combiné à une activité en hausse, s’est répercuté sur les rendements positifs des marchés boursiers américains. Le rendement total du S&P500 a progressé de 3,6%, ce qui porte son rendement cumulatif à plus de 25% et lui permet d’obtenir sa meilleure performance annuelle depuis 2013.

La saison des résultats s’est achevée, les sociétés du S&P500 affichant des résultats globalement stables par rapport au troisième trimestre de l’année dernière. Comme lors des trimestres précédents de cette année, les secteurs des matériaux et de l’énergie ont enregistré les chiffres les plus faibles, avec une contraction significative des bénéfices. Dans l’ensemble, environ 80% des sociétés ont battu leurs estimations de bénéfices pour le trimestre, mais ces estimations ont été réduites au cours de l’année.

La dernière estimation du PIB américain au troisième trimestre a augmenté. Le rythme de la croissance s’est donc légèrement accéléré, malgré les prévisions d’un ralentissement persistant. La résilience de la croissance pourrait être attribuée à la détente de la Réserve fédérale américaine (Fed). Les données sur le logement se sont nettement améliorées, les nouveaux permis de logement ayant atteint leur plus haut niveau depuis 2007, tandis que les taux de délinquance hypothécaire ont atteint leur plus bas niveau depuis 1995. Malgré la baisse des taux d’intérêt de la Fed, la confiance des consommateurs a été plus faible que prévu. Dans ses commentaires au Congrès, le président de la Fed, Jerome Powell, a déclaré que « la position actuelle de la politique monétaire restera probablement appropriée ». En conséquence, le marché n’attend désormais plus qu’une réduction supplémentaire des taux d’intérêt de la part de la Fed en 2020. Les rendements des emprunts publics à deux et à dix ans ont légèrement augmenté au cours du mois, de sorte que les bons du Trésor américain ont perdu 0,3% en novembre.

:eu: Zone euro

L’activité en Europe a été dans l’ensemble meilleure que les mois précédents, l’atténuation perçue des tensions commerciales jouant peut-être un rôle. La dernière lecture de la confiance des consommateurs de la zone euro s’est améliorée, tandis que les enquêtes PMI auprès des entreprises menées en novembre ont rebondi. En particulier, il y avait de meilleures nouvelles dans le secteur manufacturier, puisque tous les principaux composants du PMI manufacturier de la zone euro ont augmenté par rapport au niveau du mois précédent. L’amélioration du PMI manufacturier allemand par rapport à un faible niveau est encourageante, tandis que le PIB du troisième trimestre a confirmé que l’Allemagne avait évité de peu une récession technique. Bien que les enquêtes sur les industries manufacturières semblent quelque peu rebondir, l’ambiance générale des entreprises reste quelque peu mitigée. Le secteur des services continue de se modérer, comme en témoigne le ralentissement de l’enquête sur les services dans la zone euro et de sa composante emploi. Dans l’ensemble, toutefois, les marchés ont mis l’accent sur l’amélioration des données manufacturières et les actions européennes hors Royaume-Uni ont bien progressé de 2,5% sur le mois.

La Banque centrale européenne (BCE) a accueilli sa nouvelle présidente, Christine Lagarde. Elle devra attendre le 12 décembre pour sa première réunion politique, mais a déjà prononcé quelques discours officiels. Jusqu’à présent, elle a évité toute déclaration ferme sur la politique monétaire et a plutôt axé ses commentaires sur les grands défis de l’économie mondiale et sur ce que les gouvernements peuvent faire pour renforcer l’efficacité de la politique monétaire. Les rendements obligataires ont globalement légèrement augmenté en Europe, entraînant une chute de 0,9% de l’indice des obligations d’État en euros.

:cn: Chine

En Chine, les autorités pourraient être préoccupées par la faiblesse récente des données relatives à la fabrication et à la consommation. La production industrielle et les ventes au détail ont toutes deux déçu par rapport aux attentes. La production industrielle a augmenté de 4,7% d’une année à l’autre par rapport au mois précédent, atteignant 5,8%, tandis que les ventes au détail ont progressé de 7,2%, comparé à un rythme plus proche de 8,5% au premier semestre 2019.

Les manifestations en cours à Hong Kong continueront de nuire à l’économie de la région, de même que le ralentissement de la croissance chinoise et l’incertitude commerciale actuelle. Ce qui serait plus préoccupant pour les investisseurs mondiaux, c’est que la situation à Hong Kong perturbe les négociations commerciales entre les États-Unis et la Chine. Les actions des marchés émergents ont terminé le mois en baisse de 0,1%, sous-performant les indices des marchés développés.

:uk: Royaume-Uni

Au Royaume-Uni, la BoE a laissé les taux directeurs inchangés lors de sa réunion de novembre, bien que deux dissidents aient réclamé des taux d’intérêt plus élevés, principalement en raison de la vigueur du marché du travail au Royaume-Uni. Cependant, les données de novembre suggéraient des signes de faiblesse, la croissance du PIB au troisième trimestre et la croissance des salaires étant en deçà des attentes du consensus. Le défi pour la BoE est qu’elle ne peut pas encore être certaine du résultat du Brexit, bien que l’élection puisse fournir plus de clarté.

Les partis politiques britanniques ont fait campagne pendant tout le mois de novembre. Les trois principaux partis veulent tous mettre en place des mesures de relance budgétaire, les finances publiques s’étant améliorées et les coûts d’emprunt étant à des niveaux peu élevés. Lors du Brexit, le parti conservateur tente de remporter le vote d’autorisation, tandis que les libéraux démocrates font campagne pour rester au sein de l’UE. Le parti travailliste cherche à négocier son propre accord plus modéré pour quitter l’UE et le remettre à la population lors d’un référendum, l’option « Remain » (favorable à rester dans l’UE) étant l’autre option sur le bulletin de vote. La livre sterling s’est renforcée de plus de 1% par rapport à l’euro et est restée globalement inchangée par rapport au dollar.

Conclusion

Les marchés ont été portés par le potentiel de progrès sur un accord commercial, tandis que les banques centrales sont restées en grande partie sur la touche en novembre. Les prix de marché semblent refléter l’optimisme quant à la reprise de la croissance. Les valorisations des actions ont maintenant atteint des niveaux proches de leurs moyennes à long terme et sont plus élevées aux États-Unis, tandis que les écarts de crédit restent faibles. Un accord commercial de «phase 1» pourrait éventuellement justifier cet optimisme, mais les risques restent importants, compte tenu du risque d’échec des négociations. La bonne nouvelle est que le secteur manufacturier semble se stabiliser et le soutien continu de la banque centrale devrait y contribuer.

Ces risques à double sens militent en faveur d’une répartition équilibrée des actifs. Se concentrer sur la qualité au travers des actions et du crédit pourrait aider à réduire les inconvénients si l’optimisme des investisseurs s’avérait injustifié, tout en offrant un avantage supplémentaire si la croissance s’améliorait. Malgré les faibles rendements procurés par les actifs refuges traditionnels, les obligations d’État peuvent toujours fournir un lest aux portefeuilles si la croissance ne parvient pas à se redresser. Dans le même temps, les investisseurs qui ont besoin d’un revenu plus élevé mais toujours relativement défensif pourraient également envisager d’investir dans des infrastructures mondiales.