xtb

Sur les marchés en octobre 2021

Après un démarrage faible, les actions ont repris de l’élan tout au long du mois d’octobre, de nombreux indices boursiers atteignant de nouveaux sommets au cours du mois. Les actions américaines ont été soutenues par un bon début de saison des résultats du troisième trimestre, avec plus de 80 % des entreprises dépassant les attentes de bénéfices, ce qui a contribué à propulser le S&P 500 vers un nouveau sommet. Les indices chinois ont également rebondi, en partie grâce aux progrès du secteur immobilier en difficulté.

Les marchés des titres à revenu fixe ont été beaucoup plus cahoteux. La combinaison de goulots d’étranglement persistants dans la chaîne d’approvisionnement mondiale et de la flambée des prix de l’énergie a suscité des inquiétudes quant aux pressions inflationnistes prolongées, amenant les marchés à intégrer un rythme de resserrement plus rapide de la part des banques centrales du monde entier. Le rendement du Trésor américain à 10 ans a atteint un sommet de 1,7 % au cours du mois, mais des augmentations beaucoup plus importantes des rendements à court terme ont entraîné l’aplatissement des courbes de taux d’intérêt dans plusieurs régions.

Du point de vue de la croissance, la reprise reste solide. Les indices flash des directeurs d’achats (PMI) se sont améliorés dans la majorité des pays développés et les progrès des campagnes de vaccination limitent largement les risques de nouvelles restrictions de mobilité, bien que la Chine et la Russie soient deux exceptions notables.

La combinaison d’une forte demande et de contraintes d’approvisionnement a fait grimper les prix de l’énergie à des niveaux records en octobre. En Europe, les prix du gaz naturel ont bondi de 60% en une semaine, bien que modérés suite aux commentaires du président russe Vladimir Poutine sur son intention d’augmenter l’approvisionnement en gaz vers l’Europe. La mesure dans laquelle cela résoudra les pénuries reste incertaine étant donné que les pipelines sont déjà proches de leur capacité. En Asie, les pénuries de charbon ont incité de nombreux gouvernements à prendre des mesures pour augmenter la production. Les pannes d’électricité en Chine ont pesé sur l’activité manufacturière.

L’indice des prix à la consommation (IPC) américain reste élevé à 5,4% sur un an (et l’IPC de base à 4,0%), et avec des pressions sur les prix dans plusieurs domaines de l’économie s’avérant tenaces. La forte accélération des prix de l’automobile le mois dernier a été particulièrement notable compte tenu des pénuries persistantes de semi-conducteurs. L’inflation de la zone euro a atteint 3,4% en septembre, son plus haut niveau en 13 ans, tandis que l’inflation en Allemagne a dépassé les 4%.

CHINE

La croissance du PIB réel de la Chine a ralenti au troisième trimestre à 4,9 % après avoir augmenté de 7,9 % au deuxième trimestre. La croissance totale du financement social s’est ralentie et bien que les ventes au détail aient augmenté de 4,4 % en glissement annuel, elles restent inférieures à la moyenne d’avant la pandémie. Du côté positif, les exportations ont augmenté de 28 % en glissement annuel, grâce au rebond de la demande des marchés développés et de l’Asie du Sud-Est. L’objectif d’un taux de croissance annuel de 6%, fixé par le gouvernement chinois en début d’année, semble encore atteignable grâce au bon démarrage de 2021.

Les inquiétudes des investisseurs concernant le secteur immobilier chinois se sont légèrement atténuées après qu’un grand promoteur immobilier a effectué des paiements d’intérêts qui n’avaient pas été payés auparavant en septembre. L’attention des investisseurs se concentre sur la façon dont les autorités chinoises géreront les réglementations dans le secteur immobilier pour contrôler les risques de débordement. Les actions chinoises ont rebondi au cours du mois, suggérant qu’après plusieurs mois de sous-performance substantielle, une plus grande incertitude réglementaire pourrait désormais être mieux prise en compte.

USA

Aux États-Unis, le Congrès a réussi à éviter une crise du plafond de la dette, poussant la boîte vers une nouvelle échéance en décembre. Le président américain Joe Biden a fait des progrès sur ses propositions de dépenses d’infrastructure, annonçant un cadre pour une nouvelle législation qui semble avoir le plus large soutien à ce jour de l’ensemble du parti démocrate. D’autres changements pourraient encore être nécessaires pour que les plans de dépenses soient adoptés.

Les données du marché du travail américain ont mis en évidence l’impact des pénuries de main-d’œuvre, les salaires augmentant de 5,5 % en glissement annuel. Malgré la fin des allocations de chômage plus généreuses qui ont peut-être retardé les recherches d’emploi, la population active a diminué le mois dernier et les taux d’activité restent inférieurs à leur pic d’avant la pandémie. Du côté positif, le taux de chômage est tombé à 4,8%.

La croissance du PIB américain de 2,0% en glissement annuel au troisième trimestre a déçu, pénalisée par une combinaison d’effets négatifs de l’ouragan Ida et de distorsions persistantes du côté de l’offre. Des données plus récentes au cours du mois ont encouragé la reprise de l’élan. Dans l’ensemble, la reprise américaine est solide et l’économie se rapproche du plein emploi avec la montée des pressions inflationnistes. Par conséquent, il apparaît très probable que la Réserve fédérale annonce le début du tapering en novembre en vue de mettre fin aux achats d’obligations d’ici la mi-2022. Un cycle de remontée progressive des taux pourrait alors démarrer vers la fin de l’année prochaine.

JAPON

Au Japon, les infections au Covid-19 ont commencé à baisser et les vaccinations progressent bien, permettant au gouvernement de réduire certaines restrictions d’activité. En conséquence, la croissance économique devrait s’accélérer au cours des prochains trimestres grâce à un boom de la consommation de services et à une augmentation de la dynamique des dépenses d’investissement (capex).

EUROPE

L’Europe a lancé la distribution du Fonds de relance. L’Italie et l’Espagne – les principaux bénéficiaires des ressources de l’Union européenne (UE) – ont annoncé leur intention de poursuivre des politiques budgétaires expansionnistes et de reporter l’assainissement budgétaire à bien plus tard dans la reprise. Lors de sa réunion d’octobre, la Banque centrale européenne (BCE) a rappelé qu’elle s’attendait à ce que la hausse actuelle de l’inflation soit transitoire. Une décision sur la manière de procéder aux achats d’actifs après la fin du programme d’achat d’urgence en cas de pandémie (PEPP) a été reportée à décembre. La démission inattendue du président de la Bundesbank, Jens Weidmann, a déclenché des spéculations selon lesquelles son successeur pourrait être moins belliciste, ce qui, à son tour, pourrait renforcer les perspectives de conditions de financement bon marché en Europe persistant plus longtemps.

L’émission inaugurale d’obligations vertes de l’UE pour financer des investissements axés sur les politiques relatives au changement climatique a reçu une demande exceptionnelle. Les émissions de l’UE devraient donner un nouvel élan à la dynamique des obligations vertes – un marché qui offre des opportunités de diversification de haute qualité aux investisseurs obligataires.

Du côté macro, la croissance économique en Europe souffre toujours d’un ralentissement. Ceci est particulièrement notable en Allemagne, où la faiblesse du secteur automobile due à des pénuries de semi-conducteurs pèse sur la production industrielle. Il est à noter qu’en excluant le secteur automobile, la trajectoire de la production industrielle de la zone euro est revenue au-dessus des niveaux d’avant la pandémie.

Sur le plan politique, une coalition entre le SPD de centre-gauche, les Verts et le FDP libéral est l’issue la plus probable des négociations en Allemagne. Les propositions politiques initiales d’une nouvelle coalition comprennent une augmentation du salaire minimum et plusieurs initiatives sociales. Les dépenses publiques devraient être axées sur la numérisation et les politiques climatiques.

Au Royaume-Uni, le marché du travail reste solide avec un taux de chômage tombant à 4,5% le mois dernier. Alors que la Banque d’Angleterre se méfie de plus en plus des pressions salariales croissantes, une première hausse des taux d’intérêt cette année semble désormais tout à fait réalisable. Le marché boursier britannique est en disgrâce depuis le vote sur le Brexit, mais des valorisations et des rendements de dividendes attrayants peuvent désormais encourager les investisseurs mondiaux à revenir sur le marché.

GLOBAL

La hausse des taux de vaccination en Asie permet aux économies de rouvrir progressivement, la mobilité augmentant en conséquence. Les enquêtes économiques évoluent à la hausse. La montée des risques d’inflation a incité les banques centrales des marchés émergents à relever leurs taux au cours du mois dernier, avec une augmentation des taux particulièrement accrocheuse de 150 points de base au Brésil.

Avec l’amélioration de la couverture vaccinale dans de nombreux pays, l’attention des investisseurs s’éloigne du Covid19 et se tourne vers le processus de normalisation post-pandémique. Les contraintes persistantes de la chaîne d’approvisionnement pèsent sur la trajectoire de la reprise et alimentent les craintes de tensions inflationnistes plus durables. Malgré cette dynamique, la perspective d’une stagflation économique paraît improbable. Les perspectives de croissance restent solidement étayées par des niveaux énormes de demande refoulée, des bilans d’entreprise solides et des intentions d’investissement robustes.

Les marchés d’actions peuvent encore évoluer davantage dans cet environnement de milieu de cycle et la hausse des rendements pourrait continuer à soutenir une rotation vers des secteurs de marché davantage axés sur la valeur. Le niveau relativement élevé des taux de rendement des actions reste également une source de revenus intéressante. La COP26 ayant lieu ce mois-ci, une attention accrue des marchés sur les facteurs environnementaux, sociaux et de gouvernance (ESG) est à prévoir, avec un écart grandissant entre les gagnants et les perdants dans tous les secteurs.