xtb

Tech is King - les GAFA raflent la mise

Et comment les GAFA avancent tête baissée vers l’infini…

Le trader GAFA n’a pas perdu son mordant. Les grandes valeurs technologiques atteignent de nouveaux sommets et propulsent le marché boursier plus large, qui rebondit rapidement après une vente massive punitive.

L’indice NYSE FANG +, qui comprend Facebook Inc. (FB), Amazon Inc. (AMZN), Netflix Inc. (NFLX) et la maison mère de Google, Alphabet Inc. (GOOG), mais aussi Apple Inc. (AAPL), Twitter Inc. (TWTR), Tesla Inc. (TSLA), Nvidia Corp. (NVDA) ainsi que les géants chinois Alibaba Group Holding Ltd. et Baidu Inc. - sont en hausse de 13% depuis le début de l’année après un rallye spectaculaire début avril 2020.

En une semaine les quatre actions GAFA ont rajouté 251 milliards de dollars de valeur marchande, leur plus gros gain en date remontant à l’offre publique initiale de Facebook en 2012. Le S&P 500, en comparaison, est en baisse de 12% en 2020. Une différence de +25% tout de même pour les GAFA et consœurs dans un contexte de marché particulièrement délicat.

Les grandes valeurs technologiques sont comme de la bonne soupe. Ce sont les bonnes grosses boîtes fiables et expérimentées pour les gérants de portefeuille. Personne ne se fera virer pour avoir ajouté des actions Apple ou Google dans un ralentissement comme celui-ci.

Les performances pour les grandes entreprises technologiques ont répondu, du moins pour l’instant, à une question qui se posait depuis longtemps : comment les leaders enracinés du marché s’en sortiraient-ils en cas de ralentissement ? De nombreux analystes et investisseurs craignaient qu’une déroute éventuelle du marché ne puisse éteindre la flamme du trade GAFA, entraînant ainsi le marché tout entier.

Les quatre sociétés, avec Microsoft, représentaient ensemble environ 20% de la valeur du S&P 500 à la mi-février, ce qui leur a donné une influence démesurée sur l’orientation du marché.

Leur « résilience » pendant la pandémie de coronavirus montre que les investisseurs sont convaincus qu’ils ont suffisamment d’élan pour continuer à alimenter le rebond du marché.

Après avoir mené une grande partie de la course haussière historique de 11 ans qui s’est terminée en mars (le cours de l’action d’Amazon, par exemple, a gonflé de 3 857% depuis mars 2009 – sky is the limit), les entreprises technologiques font maintenant face à l’un de leurs plus gros tests à ce jour. Bien que les investisseurs et les analystes aient suggéré que les commandes mondiales à domicile ont été une aubaine pour les entreprises technologiques, leurs prochains rapports sur les bénéfices commenceront à révéler les véritables dommages causés par le coronavirus ou pas.

Les résultats fourniront également des indices sur les sociétés les mieux placées pour sortir plus fortes.

Les investisseurs parient déjà sur le succès continu de Netflix et d’Amazon, dont les actions ont récemment rompu avec le pack et établi des records. Les deux actions ont augmenté de 25% ou plus cette année et figurent parmi les meilleures performances du S&P 500.

Le titre du fabricant de puces graphiques Nvidia connait également un rebond important, en hausse de 30% en 2020, grâce à la demande de jeux vidéo. Et Tesla a terminé 10 de ses 11 dernières séances de négociation plus haut, étendant ses gains de l’année à 88%, alors que les investisseurs parient sur l’avenir des véhicules électriques et la vision du PDG Elon Musk.

Tesla, ainsi que d’autres valeurs de momentum, a été durement touchée pendant la déroute du marché, perdant plus de 60% de sa valeur en un mois après une reprise fulgurante pour commencer l’année. Les investisseurs qui parient sur l’élan achètent généralement des actions de sociétés qui ont le plus augmenté au cours des 12 derniers mois, en comptant sur leur surperformance continue.

Les actions GAFA ont mieux résisté que les autres actions de momentum lors de la vente. Amazon, pour sa part, a chuté de 23% de son sommet de février à son creux de mars. Ces dernières années, les paris sur l’élan ont souvent inclus des valeurs technologiques et d’autres valeurs de croissance, qui semblent généralement chères par rapport au marché plus large, mais offrent une croissance des bénéfices supérieure à la moyenne.

Les investisseurs institutionnels faisaient partie de ceux qui sont restés fidèles aux grandes valeurs technologiques pendant la liquidation. Amazon, Microsoft, Facebook et Alphabet étaient au sommet de la liste des actions dans lesquelles les fonds spéculatifs avaient investi le plus d’argent au 17 mars. Netflix et Apple se sont classés parmi les 12 premiers.

Et même dans les semaines qui ont suivi, peu d’investisseurs parient contre ces actions. L’intérêt à court terme dans Amazon reste inchangé par rapport à l’année précédente.

Certains analystes affirment s’attendre à ce que bon nombre des grandes entreprises technologiques sortent plus fortes de la pandémie, en partie en raison du potentiel de changements de comportement permanents dans son sillage. Comme les consommateurs achètent en ligne, consomment du divertissement à domicile et communiquent plus souvent sur Internet, il est très difficile d’imaginer un scénario où le S&P 500 se rétablit et que Google et Facebook ne le feraient pas.

Malgré la surperformance récente des géants de la technologie, certains analystes préviennent qu’ils sont vulnérables en période de récession, même si leurs bilans restent solides.

Facebook a déjà déclaré que la récente augmentation d’utilisation de la plateforme ne le protégerait pas des baisses de la publicité numérique. Google devrait faire face au même problème. Pendant ce temps, la demande de produits Apple pourrait baisser avec l’augmentation du chômage, et Amazon pourrait continuer à faire face à des problèmes de personnel et à une infrastructure étendue.

Contrairement aux idées reçues, ce ne sont pas vraiment des titres défensifs, et pourtant, ils sont toujours traités comme tel. Dans les marchés baissiers antérieurs, le leadership a eu tendance a changé de mains - les actions qui vous ont amené dans un marché baissier n’étaient pas du genre à vous en sortir…