xtb

Leçons à tirer de la pandémie 3/3

Voici la troisième et dernière partie des leçons à tirer de la pandémie au niveau des marchés et de la gestion de ses finances personnelles.

La première partie est disponible ici.

La deuxième partie est disponible là.

LES MARCHÉS NOUS TROMPENT TOUJOURS

C’était l’année du Covid-19, un chômage montant en flèche, une économie en contraction, un gonflement du déficit budgétaire des États, des émeutes raciales, un discours politique passionné. Pourtant, plutôt que de plonger, le marché boursier américain a réagi en bondissant d’environ 20%, tel que mesuré par le rendement total de l’indice Wilshire 5000 Total Market.

Comment interpréter ça ?

Au cours des 33 jours entre le 19 février et le 23 mars, lorsque la pandémie a pris pied aux États-Unis, les marchés actions globaux ont plongé de près de 35%. Beaucoup de gens pensaient que les actions ne se rétabliraient pas tant que nous n’aurions pas eu un vaccin. Même certaines personnes qui ont réalisé que l’expression « cette fois c’est différent » était la phrase la plus coûteuse en matière d’investissement ont dit : « Cette fois, c’est vraiment différent !»

Pourquoi les actions se sont-elles redressées et ont-elles explosé à la suite de ces horribles nouvelles économiques ? L’explication la plus faible est que la baisse des flux de trésorerie futurs des entreprises a été inférieure à la réduction du taux d’actualisation utilisé pour évaluer ces actions. Cette situation a été causée par la chute des taux d’intérêt, désormais proches de zéro. L’explication beaucoup plus forte est simplement que le marché boursier continue de nous tromper.

Leçon à retenir : si nous ne pouvons même pas expliquer le passé, pensez simplement à quel point il est vain d’essayer de prédire l’avenir du marché…

VOUS DEVRIEZ AVOIR UNE STRATÉGIE À TROIS VITESSES

La récession de Covid-19 a prouvé une fois de plus que chaque investisseur devrait toujours avoir un plan et une stratégie d’investissement capables de résister à des événements tels que ceux que nous avons vécus.

Une stratégie à trois compartiments est une approche judicieuse, car les investisseurs repensent la façon dont ils devraient investir leur argent. Une tranche à court terme devrait avoir un à deux ans de dépenses en instruments à court terme tels que les liquidités ou les obligations à courte durée. Une tranche à moyen terme devrait être réservée aux fonds non nécessaires pendant deux à cinq ans, tels que les fonds obligataires de base. Un compartiment à long terme doit être constitué d’argent non nécessaire pendant au moins cinq ans et peut être investi dans des actions. Cette approche préparera les investisseurs à tous les risques à court terme qui surviendraient, tels que les récessions liées aux coronavirus, sans sacrifier l’intégrité de leur portefeuille.

LE RÉÉQUILIBRAGE EST PAYANT

Rééquilibrez votre portefeuille lorsque les mouvements du marché font que votre composition d’actions s’écarte de votre pourcentage cible. Agir comme cela - acheter plus d’actions quand elles sont sous la cible ou vendre quand elles sont au-dessus - est un bon moyen d’acheter bas ou de vendre haut.

Dans la plupart des années, le rééquilibrage améliore le rendement de votre portefeuille d’un ou deux points de pourcentage. De temps en temps, il peut doubler ou tripler ce taux lorsque les marchés boursiers baissent fortement et se redressent, comme lors de la récession de 2007-09. Il n’y a pas eu d’opportunité de rééquilibrage aussi démesurée que l’hiver dernier, lorsque la pandémie a frappé.

Cependant, vous ne réaliserez ces avantages que si vous effectuez réellement le rééquilibrage. Sinon, tout ce que vous réaliserez, c’est votre peur de passer à côté lorsque les marchés finiront par se retourner.

RESTEZ INVESTI

Le marché tumultueux de l’année dernière a renforcé l’importance de rester investi. Il semblait que les marchés financiers étaient voués à l’échec vers la fin du premier trimestre. Nous avons vu des jours où les marchés ont baissé de plus de 10%. De nombreux investisseurs ont paniqué et ont vendu en craignant le pire. Depuis lors, les marchés se sont redressés et quiconque a tenté de « timer » le marché et de devenir plus conservateur éprouve probablement un peu de regret.

AVOIR UNE SOURCE DE REVENU PARALLÈLE

Tout comme les conseillers en placement recommandent d’avoir une combinaison de placements en assurance-vie pour minimiser le risque boursier, il est essentiel d’avoir une plusieurs sources de revenus. De nombreux citoyens ont pris la pandémie comme un appel à l’action et ont utilisé la technologie pour créer de nouvelles sources de revenus grâce à des blogs, à la vente de cours, à la rédaction de livres électroniques, à la publication de contenu vidéo, au coaching ou au conseil, à la création d’une boutique en ligne, à l’investissement et bien plus encore. Au 21e siècle, lorsque la majorité des transactions se font numériquement via le Web, la culture technologique est aussi essentielle que l’intelligence financière.

OUI, LES OBLIGATIONS SONT TOUJOURS IMPORTANTES

De nombreux investisseurs abandonnent rapidement les obligations étant donné leurs rendements historiquement bas. Cependant, les événements de l’année écoulée ont renforcé l’importance de l’inclusion des titres à revenu fixe dans son portefeuille.

Lorsque Covid-19 a frappé pour la première fois, de mi-février à fin mars, le S&P 500 a chuté de 34%. Un portefeuille diversifié d’actions et de titres à revenu fixe a surclassé l’ensemble du marché boursier pendant les périodes les plus effrayantes de l’année. La stabilisation de l’exposition aux obligations a aidé de nombreux investisseurs à maintenir le cap et à minimiser les ventes émotionnelles pendant cette période.

L’exposition obligataire début mars a également offert aux investisseurs une formidable opportunité de rééquilibrage. Étant donné que les obligations de qualité supérieure ont nettement surperformé le marché, les investisseurs pourraient utiliser le produit de la vente d’obligations dont la valeur est restée stable ou dont la valeur s’est appréciée pour acheter des actions qui se négociaient à prix réduit depuis quelques semaines seulement.

En outre, l’exposition aux obligations a aidé les nombreux investisseurs qui ont dû liquider des actifs financiers pour répondre à leurs besoins de trésorerie pour faire face à des situations personnelles difficiles. La vente de leurs obligations a fourni un coussin plus stable pour de nombreux investisseurs. Être obligé de vendre des actions à des prix défiant toute concurrence aurait pu avoir un effet dévastateur sur leurs finances.